Deux nuits d’émeutes à La Réunion (2)

La Réunion. Les violences urbaines prennent de l’ampleur

Une deuxième nuit d’affrontements entre des centaines de jeunes et les forces de l’ordre a fait quatre blessés.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1329994043.jpg

Un escadron de gendarmes mobiles est attendu jeudi à la Réunion pour renforcer les effectifs de policiers et gendarmes présents sur le terrain. Dans la nuit de mercredi à jeudi, Un policier, deux gendarmes et un vigile ont été blessés ; dix commerces ont été pillés ou vandalisés, douze voitures incendiées. Trente-une personnes ont été interpellées dans la nuit, soit 49 en deux jours.

Malaise économique ou vandalisme ?

Des troubles avaient éclaté mardi soir à Saint-Denis, dans le quartier du Chaudron, et au Port, sur fond de protestation contre la vie chère. Ayant cessé mercredi matin, l’agitation a donc repris mercredi soir et s’est étendue à la ville de Saint-Benoît. 200 jeunes ont dressé des barrages sur les routes et cassé deux commerces raflant alcools et cigarettes, après des affrontements avec les forces de l’ordre, à coups de pierre. « C’est du pur vandalisme. Ca n’a rien à voir avec le malaise de la population sur la vie chère », a affirmé le sous-préfet de Saint-Benoît, Serge Bideau.

Violents affrontements

La nuit de mercredi à jeudi a connu ainsi une nouvelle flambée de violences, des affrontements opposant jusqu’à l’aube des centaines de jeunes aux forces de l’ordre. À Saint-Denis, les troubles ont repris dans le quartier populaire du Chaudron où de violents affrontements ont opposé plus de 200 jeunes à des policiers postés devant la grande surface Score, située au cœur de la cité et principale cible des émeutiers depuis mardi. Cris, injures, jets de projectiles : les forces de l’ordre ont été harcelées toute la nuit, répliquant par des tirs des grenades lacrymogènes et assourdissantes entendus dans toute la ville.

Un policier blessé par une grenade

Enfin, Au Port (ouest de l’île), les émeutiers s’en sont pris à une demi-dizaine de commerces (station essence, pharmacie, les restaurants Quick et Mac Do, un bar PMU) qui ont été vandalisés ou cambriolés. Des dizaines de feux ont été allumés dans les rues de la ville. C’est là qu’un policier a été blessé par le dysfonctionnement d’une grenade, qui lui a éclaté dans la main.

Leur presse (Ouest-France.fr, 23 février 2012)

This entry was posted in General and tagged . Bookmark the permalink.