Mutinerie à la prison de Sale, dans le sud-est de l’Australie

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1327312679.jpgAujourd’hui, mercredi 18 janvier 2012, une mutinerie a éclaté dans la prison privée de Fulham, près de Sale (Victoria), en Australie. Plus de 800 hommes y sont incarcérés.

Selon diverses sources journalistiques (médias mainstream uniquement : agence AAP, Herald Sun, 7news, ABCnews, etc.), la prison est en état de confinement ce soir suite à une mutinerie.

Au moins une cinquantaine de prisonniers ont refusé de réintégrer leurs cellules et ont maintenu à distance l’ensemble des gardiens pour commencer une mutinerie. Celle-ci a éclaté juste après 15h30 (heure locale), apparemment pour protester contre de nouvelles conditions de détention.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1327312980.jpg

Les gardiens de prison, aidé par des flics anti-émeutes, ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. Les mutins se seraient équipés de matériel de sport et de jardinage pour menacer les gardiens.

Les mutins ont occupé les toits de la prison ainsi que les cours de promenade. Plusieurs départs de feu ont été signalés dans la prison, qui a semble-t-il pas mal morflé lors des affrontements. Une des salles de contrôle de la prison aurait été défoncée, le matériel électrique arraché.

Il n’y aurait aucun blessé, mais aucun personnel médical n’a été autorisé à entrer dans la prison pour le moment, donc il est encore trop tôt pour tirer un bilan à ce niveau-là.

À suivre…

Indymedia Paris, 18 janvier 2012.


Selon un article du Sydney Morning Herald, la mutinerie aurait pris fin ce matin (jeudi 19 janvier), après douze heures d’occupation des toits de la prison.

Les raisons du déclenchement de la mutinerie sont peu claires (en même temps, la simple existence d’une prison justifierait à elle seule une mutinerie permanente, non ?), le journal précité parle de revendications concernant de nouvelles normes au sein de la prison, notamment l’obligation de brosse à dents flexible (les rigides pouvant servir d’armes… ouais ouais, c’est ça). D’autres revendications porteraient sur la télé (qui va bientôt passer au numérique là-bas) et les tenues vestimentaires autorisées.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1327313003.jpg

Onze détenus, tous âgés de moins de ving-cinq ans, sont soupçonnés d’être à l’origine de la mutinerie. Ils ont tous été transférés dans d’autres prisons, après s’être rendus tôt ce matin, quand la flicaille a « inondé » les toits de gaz lacrymogènes.

Indymedia Paris, 19 janvier 2012.

This entry was posted in Beau comme une prison qui brûle and tagged . Bookmark the permalink.