Quand No Pasaran demande le silence…

Après le groupe Salvador Segui de la FA qui soutenait l’opération militaire en Libye, voici un article non signé paru dans le bimestriel no 83 daté mai-juin 2011 du réseau de VPC No Pasaran … qui demande de « la sagesse » (!) et du « silence » (!) face à l’intervention militaire de l’OTAN en Libye.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1306685684.jpg

Appelant uniquement à l’application bien légaliste d’une directive sur la « protection temporaire » (!!) par les États européens qui vendent des armes à Khadafi et négociaient avec lui la rétention des migrants…

… et ignorant totalement des actions concrètes menées ici et contre les complices de guerres et d’exploitation.

Mailing, 29 mai 2011.

 

[Crapulerie] Quand un groupe parisien de la FA soutient une intervention militaire…

Seules trois lignes apparaissent sur le site fédéral :

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1306686163.png

Le texte est en « accès caché » [effacé depuis] sur le blog du Groupe parisien Salvador-Segui :

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1306686304.pnghttp://pix.toile-libre.org/upload/original/1306686327.png

Mailing du 22 mars – Billet du 23 mars 2011 sur le JL old school.

 

LIBYE, AUCUNE INTERVENTION MILITAIRE N’EST JUSTIFIÉE !
Communiqué de la Fédération anarchiste

La Fédération anarchiste condamne l’intervention des forces aériennes britannique, étatsunienne et française en Libye, sans pour autant soutenir la dictature de Khadafi. Pour elle, l’attachement des belligérants à la liberté des Libyens est en effet plus que suspect, il ressemble davantage à un souci très terre-à-terre de pouvoir continuer les affaires avec les successeurs de l’actuel régime, et de pouvoir se garantir l’approvisionnement en pétrole libyen en virant Khadafi sans toucher aux autres dictatures pétrolières où la révolte gronde aussi mais où les potentats sont plus sûrs et/ou mieux contrôlés. Est-il besoin de rappeler que ceux qui ont vendu les armes dont se sont servis les miliciens du tyran libyen sont les mêmes que ceux qui font parler la poudre depuis le 19 mars 2011 ? Faut-il rappeler que la France, s’agissant de la révolution tunisienne offrait récemment ses services répressifs à Ben Ali ? Ce sont ceux qui se font passer pour des libérateurs qui ont contribué des années durant au maintien de Khadafi au pouvoir, qui lui ont confié la gestion des flux migratoires en direction de l’Europe, ce dont il s’est acquitté avec zèle, qui ont d’autant plus commercé avec lui qu’il était devenu plus fréquentable après avoir renoncé à son programme nucléaire. Ce sont les mêmes qui, au prétexte de frapper l’ennemi, allongeront l’interminable liste des bavures militaires, pudiquement rebaptisées dégâts collatéraux, les travailleurs libyens n’ont pas besoin d’eux !

Arrêt immédiat de l’intervention !
Solidarité internationale avec tous les révoltés !

Fédération anarchiste, 22 mars 2011.

This entry was posted in La liberté est le crime qui contient tous les crimes and tagged , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Quand No Pasaran demande le silence…

  1. solidarité says:

    Faux amis : quand un SCALP travaille avec la police et avec la mairie (si ! si !)

    [Voilà ci-dessous le communiqué du SCALP 18 (Cher) pour annoncer que leur débat/concert est maintenu, malgré la pression de fafs. Enfin, maintenu, c’est une façon de parler, vu que c’est suite à un accord avec la police, comme ces « camarades » le précisent eux-mêmes ! Plus préoccupés par les « poussées électorales » que par les révoltes, ils remercient dans un même élan la mairie de Vierzon pour son soutien amical, puis celle de Saint Georges sur Arnon pour son accueil. Quand on commence à prendre langue avec le pouvoir et ses institutions, il n’y a rien d’étonnant à travailler ensuite avec les keufs. D’ailleurs, en parlant de « vandalisme » à propos de « tags », ces antifas parlent déjà le même langage qu’eux. L’anti-fascisme est-il le pire produit du fascisme ? Le SCALP 18 y répond assez clairement.]
    ________________________________

    Concert maintenu malgré les agressions

    Scalp 18, 10 juin 2011

    Malgré les agressions, malgré les menaces, malgré le collage d’autocollants identitaires devant le domicile du porte parole du scalp18, cette nuit, malgré le collage massif d’affiches identitaires sur les affiches du scalp18 cette nuit sur la rocade de Bourges, avec au moins un énorme tag néo-fasciste : le concert antifasciste est maintenu.

    Il se déroulera à Vierzon, à la salle des Forges, 14, rue Eugène Pottier 2ème feu à droite en venant de Bourges, à 30 mètres à droite, de l’intersection en T avec la rue Etienne Marcel ;

    pour ceux qui viennent de Salbris, de Romorantin, ou de Châteauroux, il faut traverser Vierzon en direction de Bourges, dépasser la rue la plus commerçante, dépasser la mairie située sur la droite, et à l’intersection, avec feu rouge, de la rue Etienne Marcel avec la rue Eugène Pottier, tourner à gauche, juste après un petit parking, situé naturellement à gauche, sur lequel le stationnement est recommandé.

    La programmation sera allégée.

    La présence d’au moins 3 groupes est acquise. Les Brigitte Bop, les Stage Bottles et Hors Contrôle seront avec nous !

    Des dispositions ont été prises, en accord avec la Police Nationale, pour neutraliser les malveillances néo-pétainistes.

    à 18h00 : débat sur les risques et les causes d’une poussée électorale des néo-fascistes en France

    à 20h30 : le concert

    Nous remercions la municipalité de Vierzon pour nous avoir exprimé son soutien et sa détermination à ne pas laisser les héritiers de la France de Vichy décider qui a le droit d’organiser ou de ne pas organiser un concert dans notre pays.

    C’est facile de faire pression sur le maire d’un petit village, de le menacer, de vandaliser les locaux municipaux de Saint Georges sur Arnon avec des tags néo-fascistes pour ensuite accuser les antifascistes d’avoir fait le coup.

    Quel aurait bien pu être l’intérêt des militants antifascistes de commettre de telles dégradations sur les locaux du maire qui les a accueilli ?

  2. fab says:

    Ou comment faire de la mousse sans savon …

    Sur la forme, le journal No Pasaran est un journal collaboratif, il est écrit par ceux qui le souhaitent. Ce qui est écrit n’engage pas forcément l’intégralité du réseau, mais le ou les individus ou groupes qui ont écrit ce texte.

    Sur le fond, ce court texte (avec lequel je ne suis pas d’accord, j’aurai préféré une dénonciation radicale de l’intervention occidentale et du CNT, mais j’avais qu’a écrire un texte là dessus), est une réponse aux textes « militants » sur le sujet, complètement déconnectés de la réalité, car cette réalité est de l’autre côté de la méditerranée, donc difficilement appréhendable dans sa complexité et dans sa globalité.
    Il pose les bases d’actions concrètes pouvant êtres effectuées ici et maintenant, en France. Car oui, la meilleure façon de soutenir la révolution libyenne (si c’est bien de cela qu’il s’agit), c’est de lutter partout ou nous sommes afin de faire de la liberté une réalité concrète.

  3. gtsrtj says:

    La pauvreté de la pensée de ce périodique éclate toujours au grand jour dans des moments comme ceux-là, quand la situation dépasse les cadres dans lesquels s’inscrivent habituellement leurs réflexions. Effectivement NoPa n’a rien à dire, autre que ses éternels slogans impuissants et milles fois entendus, et ferait mieux de rester muet.

Comments are closed.