[Mère de Dieu, chasse Poutine] Свободу Александру Кольченко!

New Charges against Oleg Sentsov follow PACE Demands for his Release

Almost 9 months after their arrests Russian investigators have charged Oleg Sentsov, Ukrainian film director and Crimean political prisoner with possessing arms never found, and have denied fellow prisoner Oleksandr Kolchenko’s right to be a Ukrainian citizen.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/06.jpg

Ukrainian anti-fascists rally in commemoration of activists Baburova and Markelov shot by Neo-Nazis in Moscow, and in solidarity with Crimean antifascist Kolchenko arrested on the false charges by the Russian occupation authorities.

Sentsov, a well-known film director and opponent of Russia’s annexation of Crimea has been issued with a new charge. As well as the accusation that he organized a ‘terrorist plot’, the solo father bringing up two young children is to be tried as well under Article 222 § 3 (unlawfully obtaining, selling, possessing weapons, explosive substances and devices).

Sentsov was arrested on May 10 last year when FSB officers appeared at his home, frightened his young daughter and carried out a thorough search. He has said that the only item found was a weapon from World War II, kept as a relic. It is certainly highly suspicious that this new charge, reported by Russian human rights activist Zoya Svetova, should be laid so very late in the day.

News of the additional charges come, however, as events such as the Sundance Film Festival are highlighting Sentsov’s plight and a few days after the Parliamentary Assembly of the Council of Europe urged Russia to release the imprisoned film director. One day after PACE called on Russia to release Ukrainian MP and PACE delegate Nadiya Savchenko, the Russian Investigative Committee responded by adding a charge of ‘illegally crossing the border’.

The new charges in both cases are absurd. Savchenko was captured by Kremlin-backed militants in the Luhansk oblast and appeared in a Russian court two weeks later. She insists that she was taken across the border by force, and since Russia has consistently avoided mentioning her capture in Ukraine, it is the investigators’ credibility which must be questioned. Russia also claims that she entered the country ‘pretending to be’ a refugee, making ‘illegal crossing’ by definition impossible. In Sentsov’s case, no such dangerous items were found at the time, nor would they be even remotely probably given his family circumstances.

Sentsov was informed of the new charge in the Lefortovo prison in Moscow where he has been held since shortly after his arrest. His lawyers report that they tried without success to get through to the investigator all last week.

The period of detention for both Sentsov and civic activist Oleksandr Kolchenko has been extended to April.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/07.jpg

Forced Russian citizenship

A court in Russian-occupied Crimea has denied Ukrainian Oleksandr Kolchenko the right to retain Ukrainian citizenship. The Russian federal authorities claim that Kolchenko himself officially applied for Russian citizenship, while providing no evidence of this.

By insisting that Kolchenko and Sentsov are Russian nationals, Russia can try them according to Russian legislation while denying them the rights, including access to a Ukrainian consul, to which they are entitled as Ukrainians.

Since the only ‘evidence’ against Sentsov and Kolchenko is from ‘confessions’ made by the other two defendants — Gennady Afanasyev and Oleksy Chirny — while they were held in police custody without access to lawyers or relatives, and all four are being held in Moscow, lack of consular support is a major issue.

In court Sidorkina convincingly demolished [Sidorchinka explains that the only document which Kolchenko had at the time of his arrest was the internal passport of a Ukrainian citizen. His request to see a representative of the Ukrainian embassy. This was turned down with no mention then being made of the ‘application’ the authorities are now claiming he submitted. In the first months after his arrest, the argument used was that he had breached article 5 of the ‘Agreement between the Russian Federation and the Republic of Crimea on Crimea joining the Russian Federation’. This document was signed on March 18 by Russian President Vladimir Putin and the Crimean ‘leaders’ installed at gunpoint by the Russian forces who seized government buildings on Feb 27, 2014. Needless to say, it has not been recognized by Ukraine, the United Nations and democratic countries. / Kolchenko’s supposed ‘breach’ of article 5 of this document which stated that Ukrainians wishing to retain their citizenship must formally submit an application to this effect would not be recognized as grounds for stripping him of his citizenship by any Ukrainian or international court. / The new regime gave only a month to submit such applications with a mere three offices throughout Crimea accepting them. Like most people from his circle, Kolchenko had no idea that he needed to submit any document and quite understandably assumed that since he had a Ukrainian passport, and had not expressed any wish to change this, that nothing more needed to be done. / Sidorkina’s application to the court asked for her client’s Ukrainian citizenship to be recognized. The refusal to recognize it, she demonstrated, was in breach of Russian and Ukrainian legislation, as well as international law. / Of the four possible grounds in Russian legislation for assuming Russian citizenship, only (d) could even be considered. This refers to “other circumstances envisaged by this federal law or the RF’s international agreements.” / The ‘agreement’ in question, between Russia and the government it had installed in Crimea has not been recognized by Ukraine or the international community. Nor can it be called ‘international’ since one of the signatories did not have the status of a foreign state.] all possible arguments for foisting Russian citizenship on Kolchenko, yet the court rejected her application. She plans to appeal the ruling with a higher court. If necessary, the question of citizenship will form part of applications to the European Court of Human Rights which will surely find the attempt to force Kolchenko and Sentsov to take Russian citizenship in breach of their rights.

It is likely that Russia has already understood this and is now claiming – but not demonstrating – the existence of a fictitious application from Kolchenko.

Kolchenko’s detention was also extended again this week. The ‘case’ against both him and Sentsov is still officially at investigation stage, and their lawyers have still not seen the material which the investigators will bring to the courts.

It is, unfortunately, likely that the ‘evidence’ will be from testimony given by Gennady Afanasyev whose ‘trial’ took place behind closed doors in December without defence lawyers not even informed that it was to be held and therefore deprived of the opportunity to cross-examine him. Kolchenko and Sentsov’s lawyers believe that Afanasyev made a deal with the investigators, giving false testimony against the others in exchange for the minimum sentence envisaged for ‘terrorism’.

The attempts to force citizenship on the men appear part of a general plan to minimize publicity about a highly questionable case, in which the alleged terrorist acts first announced by the FSB do not correspond with those which Afanasyev has been convicted of. There is no evidence of any plot at all, nor any terrorist acts aside from Molotov cocktails hurled at buildings of the Russian Community of the Crimea on April 14 and the local branch of the United Russia party on April 18.

Hardly the stuff that terrorist conspiracies are made of, yet Kolchenko, Sentsov (and possibly Chirny) could well face 20-year prison sentences.

There are compelling grounds for ensuring maximum publicity and preventing Russia from concealing this shameful prosecution of Ukrainians ‘guilty’ only of opposing Russia’s annexation of their native Crimea.

Halya Coynash, Human Rights in Ukraine, Information website of the Kharkiv Human Rights Protection Group, 3 février 2015

Posted in Beau comme une prison qui brûle, Les luttes de classes en Russie | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

[La police est le meilleur des métiers pour être au-dessus des lois] Justice pour Wissam

Annulation de la mise en examen d’un des deux policiers de la brigade canine impliqué dans la mort de Wissam El Yamni à Clermont-Ferrand

Le 1er janvier 2012, deux policiers menottent Wissam et ne le quittent plus des yeux. Dix minutes plus tard, alors qu’aucun de ces policiers n’a la moindre égratignure, il tombe dans le coma :

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/031.jpg

Avant même les résultats de l’autopsie, la police des polices s’empresse de dédouaner les policiers impliqués directement dans la mise à mort. Faire des conclusions avant même les éléments de l’enquête ne choque pas puisque les éléments de l’enquête seront ensuite cherchés, contrôles, validés par ces mêmes personnes qui ont pris dès le départ parti. Ce n’est que le début du festival de l’hypocrisie.

Après une série de mensonges d’experts les plus indécents les uns des autres, le procureur général de Riom annonce en janvier 2014 devant la presse qu’un collège d’experts va donner au maximum dans les cinq mois suivants les raisons pour lesquelles Wissam est mort.

Le Parquet aurait-il retrouvé la raison ?

Que nenni ! Un an après cet énième mensonge, soit trois ans après les faits, nous sommes toujours dans l’attente de la vérité, juste de la vérité. Parallèlement, nous apprenons le 20 janvier 2015 que la mafia policiaro-judiciaire annule la mise en examen d’un des policiers, plus intéressée par une mise hors de cause sans condition que par la vérité.

Le festival de l’hypocrisie continue.

URGENCE NOTRE POLICE ASSASSINE, le 20 janvier 2015

 

Mort d’un homme à Clermont-Ferrand : la mise en examen d’un policier annulée

Wissam El-Yamni, 30 ans, est mort neuf jours après son interpellation au cours de la nuit de la Saint-Sylvestre 2011. Sa famille dénonce depuis des violences policières.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/04.jpg

Photo de Wissam El-Yamni déposée devant le tribunal de Clermont-Ferrand, le 1er janvier 2013.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Riom (Puy-de-Dôme) a annulé mardi la mise en examen de l’un des deux policiers qui avait transporté, il y a trois ans, Wissam El-Yamni, 30 ans, décédé après avoir été interpellé dans des conditions controversées, a-t-on appris mercredi auprès de son avocat.

« Le tribunal considère qu’il n’y a pas d’indices sérieux prouvant que le travail de ce policier soit en lien avec le décès de Wissam El-Yamni », a indiqué à l’AFP l’avocat du policier, Me Xavier Herman, confirmant une information du quotidien La Montagne. Ce policier, qui avait participé à l’interpellation du jeune homme avant de le remettre au commissariat, « a appelé les secours lorsqu’il a vu la dégradation soudaine de l’état de santé de ce dernier », a ajouté Me Herman. Il a été placé sous le statut de témoin assisté.

Interpellé la nuit de la Saint-Sylvestre 2011, Wissam El-Yamni était mort neuf jours après être tombé dans le coma le soir de son arrestation. Sa famille a toujours estimé qu’il avait été victime de violences.

Dans le cadre d’une information judiciaire ouverte pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l’autorité publique », les deux policiers qui avaient transporté le jeune homme avaient été mis en examen en mars 2014.

Des photographies du corps de Wissam El-Yamni lors de sa mort avaient montré un serrage au niveau du cou. Un rapport de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) avait relevé l’emploi sur la victime, lors de son transport au commissariat, de la technique du « pliage », qui consiste à maintenir la tête appuyée sur les genoux.

Une autre rapport d’expert avait ensuite envisagé qu’un « cocktail toxique » combinant une « action toxique aiguë de la cocaïne sur le cœur », ainsi qu’un mélange d’alcool et de cocaïne, avait entraîné l’arrêt cardiaque du chauffeur routier. Une hypothèse remise en cause par les avocats de la famille de Wissam El-Yamni.

« On attend toujours la contre-expertise ordonnée par la juge d’instruction » a réagi l’un des avocats de la famille, Me Jean-Louis Borie. « On a un problème majeur dans ce dossier qui tient à l’insuffisance de l’enquête », a ajouté Me Borie, qui cite « les retranscriptions fantaisistes et approximatives des enregistrements » des conversations entre les policiers. L’affaire avait provoqué plusieurs nuits de tension dans les rues de Clermont-Ferrand et une forte colère contre la police.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Agence Faut Payer, 21 janvier 2015)

Posted in La police travaille, Violences policières et idéologie sécuritaire | Tagged , , , , , , , , | Commentaires fermés

4. Résistance

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/hermine.jpg

Résistance

Archaïsme des sens qui se perd dans le souffre de vos voiles……
La vapeur volatile qui s’en dégage a une odeur acide,
Qui pénètre et putréfie toutes envies primaires
Nous griffons le sol pour pénétrer la matrice,
Cherchant en vain une odeur complice,
Pour nous échapper et survivre à l’agitation des milices aux canons.
Et l’on se terre et l’on s’enterre.
Nos corps deviendront des moules pour l’injection d’un béton désarmé
Rebelle lion d’un monde sans pardon,
Souffle de colère givrée comme l’hiver,
Pour tirer la chasse pieuse des reliques du tabernacle,
Qui enfume nos âmes,
Rébellion sarcastique d’un moustique qui bat de l’aile,
faisant tourner les moulins de l’espérance……

Affûte l’âme
affûte ta lame
crève l’esprit
crève l’aise et prie
pointe du doigt
pointe ce qui doit
écoute ce qui rime
écoute ceux qui rient,… Me touche……

Mordant la poussière siliconée d’un désert artificiel
Je me rebelle fils du vent et du ciel je suis pour un concept émotionnel……
Je suis l’enfant chevauchant les nuages artificiels des centrales nues d’éclairs.
Je préfère mille feux des croyances d’antan,
Qui ont fait du vent un dieu
Aux colères rebelles.
Je mord le sel des landes qui brûlent nos langues
et font taire à jamais, les poètes décharnés
Je suis le vent, je suis la plume, mêlant à chaque instant,
Le froid et le chaud sur des mots sans écho
Le sentier grandit en chemin déroutant les manants
Du fil précieux de la réalité terrienne……

Au pied du chêne

Parabellum parabolique du saint Suaire qui transpire,
Dans une crypte aménagée en piste de cirque,
Ou tourne encore et toujours,
La croyance pasteurisée des grenouilles de Jéricho
Delirium hypnotique, d’un asthmatique transi de froid,
Coincé dans un courant d’air blasphématoire.
je suis le fils du vent, des sources et de la vie
je suis la lumière des douces fées endormies,
je suis le cri du loup ameutant la horde,
je suis la morsure du serpent agonisant au soleil du levant,
mais avant tout je suis le fou enraciné au pied d’un chêne
absorbant à chaque instant sa sagesse.
Légende endocrine de mes veines, je crache le sang, et mes mots saignent de l’amertume de la violence tactile des hommes sans cœur, qui pullulent dans les caniveaux de la vie.
des mots doux pour les belles et le fer pour les infidèles ?

Mille délices, je renaîs
Je ne suis pas en fuite, mais à l’affût,
le chêne s’ébroue et attend doucement que la sève arrive au bout de ses branches, et à nouveau, de mes mots et de mes maux, je grifferai le visage de glace, qui s’émeut de la lumière du feu.
Les traces du lynx s’effacent dans la neige, qui fond du discours des fous, et lui aussi de nouveau, il chassera sans se faire piéger par les prédateurs d’un autre âge

Le retour de la horde……

JLR

Posted in Critique des médias | Commentaires fermés

[L’histoire du terrorisme est écrite par l’État] Des nouvelles du front (ZAD des Chambarans)

http://juralib.noblogs.org/files/2015/01/0311.jpgMadame, Monsieur,

Ce soir, aux environs de 20 heures 45, la guérite d’accueil de la ZAD Roybon, installée à l’entrée du chemin communal menant à la maison de la Marquise a entièrement brûlée, suite à un jet de plusieurs cocktails Molotov. Cette attaque, n’est pas un simple acte de destruction et fait suite à une série de jets de projectiles sur cette même installation, servant chaque nuit d’habitation, depuis le 30 novembre dernier.

Cet incendie criminel, visant à détruire cette habitation, et à atteindre l’intégrité physique de tiers de manière volontaire, est ni plus ni moins qu’une tentative d’homicide.

Les forces de l’ordre et le CDIS de Roybon se sont rendus sur place suite à notre appel. L’intervention a commencée environ 1 heure après cet appel. Rappelons que la commune de Roybon et la caserne de pompiers sur place, sont à moins de 5 kilomètres du lieu de l’incendie.

À l’arrivée des militaires et des pompiers, nous avions déjà maîtrisé l’incendie, par nos propres moyens, malgré les risques que cela importe. Notre intervention a donc limité la propagation de l’incendie.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/21.jpg

En début de semaine, le député de l’Isère, Jean-Pierre Barbier, a interpellé le Premier Ministre, lui demandant d’évacuer la ZAD Roybon et, d’interdire notre rassemblement Open Barrikad. Nous avions fait en sorte de limiter la communication de cet événement. Communication mise à mal par cette intervention.

Dans sa question au gouvernement, le député Barbier a notamment accusé les gouvernants de « complicité » avec notre action de blocus du chantier de Center Parcs. La réponse obtenue de la Ministre de l’écologie laisse à entendre qu’aucune intervention n’aurait lieu jusqu’à nouvel ordre. Cette intervention a provoqué un certain émoi chez les plus extrémistes des pro-Center Parcs.

Suite à ceci, mardi dernier au soir, une réunion de pro-Center Parcs avait lieu dans une salle communale de Roybon, organisée par l’association « Vivre en Chambaran » en présence du Maire du village, M. Serge Perraud. Certaines personnes présentent y auraient, selon plusieurs témoignages, clairement proférées des menaces de violences physiques à notre encontre.

La violence gratuite de ces personnes est intolérable. Nous sommes aujourd’hui inquiets pour le bon déroulement de notre rassemblement du week-end du 7, 8, 9 février.

En effet, les pro-Center Parcs ont décidés d’organiser un contre-rassemblement et promettent une action « spectaculaire ». Le triste spectacle de ce soir ne nous laisse pas indifférents à ce sujet.

De plus, la société Alternative Sécurité, employé pour surveiller la zone de construction du Center Parcs, continue de patrouiller, nous épiant jours et nuits, et ce sur la voie publique. Nous continuons de nous interroger sur la légalité de ces activités de surveillance, les milices privées étant à ce jour toujours interdites sur le territoire.

Nous tenons à rappeler que notre manifestation est ouverte à toutes et à tous. Cet événement se veut festif et familial. Nous souhaitons qu’elle se déroule en paix, mais nous n’oublierons pas, la violence des actes de ceux qui s’en prennent à notre intégrité physique, et menacent de fait nos vies.

Pour Demain.

Les occupants de la Zone à Défendre de Roybon – mailing, 6 février 2015

 

ROYBON | Center Parcs : incendie d’une cabane de la Zad

Une cabane montée par les défenseurs de la Zad (Zone à défendre) — qui s’opposent au projet de Center Parcs de Roybon — a été détruite par un incendie dans la soirée de jeudi, à l’entrée de la zone occupée par ces militants.

Selon le site web des « zadistes », cet incendie est la conséquence d’un jet de cocktails Molotov. De source judiciaire, on indique qu’aucun élément ne permet de confirmer cette hypothèse et qu’il peut s’agir tout aussi bien d’un accident que d’un acte de malveillance.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Le Daubé en ligne, 6 février 2015)

 

Center Parcs de Roybon : festival des zadistes, contre-manifestation des partisans

Les militants “zadistes” appellent à manifester et à construire des barricades ce week-end sur le site du chantier du Center Parcs de Roybon (Isère), à l’occasion d’un “festival” que les partisans du projet ont promis de bloquer.

Les opposants, installés depuis début décembre dans un maison forestière à proximité du chantier, appellent dans un communiqué à une marche en direction du chantier, samedi à 10H00, “pour renforcer notre présence sur la ZAD (zone à défendre, ndlr) en construisant de nouvelles cabanes et de nouvelles barricades”.

“Apportez du matériel pour construire : planches, palettes, marteaux, clous, scies, bâches, vis, etc. N’oubliez pas bottes et moufles, sandwichs et boissons”, écrivent les zadistes. Cette manifestation s’inscrit selon eux “dans le festival Open Barricades, trois jours de constructions et de concerts sur la ZAD les 7, 8 et 9 février”.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/201.jpg

Intervention de Christian Luciani lors de la manifestation du 7 décembre 2014 à Roybon

Qualifiant ce festival de “provocation”, les partisans du Center Parcs ont eux aussi appelé à manifester samedi et dimanche à Roybon. “On va être plusieurs centaines à bloquer toutes les routes qui amènent au site pour les embêter un petit peu”, a expliqué à l’AFP Christian Luciani, président de l’association “Vivre en Chambaran”.

“Les riverains pourront passer mais les zadistes ne passeront pas”, a-t-il ajouté.

L’association a déposé une déclaration en préfecture mais M. Luciani assure que même si la manifestation est interdite, “on le fera quand même”. La préfecture de l’Isère n’était pas joignable vendredi matin.

Du côté de la gendarmerie, “toutes les dispositions ont été prises pour que les choses se passent avec le moindre impact possible sur la tranquillité publique”, a assuré à l’AFP le colonel Jean-Luc Villeminey, commandant du groupement de gendarmerie de l’Isère.

“On est particulièrement vigilants”, a-t-il ajouté, sans plus de précisions sur les forces de gendarmerie mobilisées pour l’occasion.

Mardi, lors des questions au gouvernement, le député UMP Jean-Pierre Barbier avait demandé l’interdiction de ce “festival organisé par les anarchistes” et l’évacuation du site “afin de faire respecter enfin le droit à Roybon”.

“Dès lors que le projet sera redéfini, décidé, à ce moment-là, l’évacuation aura lieu pour que le bon ordre républicain reprenne ses droits”, lui avait répondu la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal.

Fin décembre, le président de Pierre & Vacances s’était dit “prêt à adapter” le projet de Roybon. La justice a suspendu l’un des arrêtés qui autorise le projet, une décision contre laquelle Pierre & Vacances s’est pourvu en cassation.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Agence Faut Payer, 6 février 2015)

Posted in Aménagement du territoire - Urbanisme | Tagged , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

[Hauteville-Lompnes, 20-21 février] Bugey C Trip

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/10.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2015/02/09.jpg

Posted in General | Tagged , | Commentaires fermés

[L’histoire du terrorisme est écrite par l’État] « Ils suivent des stages de résistance, bénéficient de soutiens logistiques, d’assistance médicale et juridique, et s’équipent de dispositifs de protection »

Répression à Sivens : « un changement de doctrine inquiétant »

Entendu le 3 février par la commission d’enquête parlementaire sur le maintien de l’ordre, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve a pointé la violence des « nouvelles formes de contestation sociale ». Pour le chercheur Cédric Moreau de Bellaing, entendu, lui, fin janvier par les députés, le changement est aussi du côté de l’État.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/11.jpg

La carte de France des projets et chantiers menacés par les activistes

« Ils suivent des stages de résistance, bénéficient de soutiens logistiques, d’assistance médicale et juridique, et s’équipent de dispositifs de protection. » Auditionné mardi 3 février 2015 par des députés de la commission d’enquête sur le maintien de l’ordre républicain, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve a mis l’accent sur les « nouvelles formes de contestation sociale » auxquelles font face les forces de l’ordre. Au nombre desquelles, il a pointé les ZAD (zones à défendre) « disséminées sur de vastes terrains » et tirant « profit de la présence ponctuelle de manifestants non violents », ainsi
que des « groupes très structurés » cherchant le coup de poing avec les forces de l’ordre lors de « rassemblements institutionnels classiques » mais qui se distinguent des simples casseurs par leur « intelligence collective ».

Selon le ministre de l’intérieur, la nouveauté, c’est que ces groupes « ne fonctionnent plus de manière étanche et hermétique ». « Il n’est donc plus rare, dans les opérations de maintien de l’ordre, de voir des Black blocs associés dans l’action à des individus a priori moins politisés issus de la mouvance des raveurs, à des adeptes de Flash mobs aussi bien qu’à des altermondialistes ou à des groupes issus de mouvements anarchistes ou radicaux, a poursuivi Bernard Cazeneuve. Dans d’autres cas, comme on l’a vu au cours de certaines manifestations de juillet 2014, certaines franges de l’islamisme radical peuvent faire cause commune avec des groupes de supporters de football liés à des mouvements identitaires. » D’où la nécessité pour le ministre de l’intérieur de renforcer un renseignement territorial (les ex-RG) mis à mal tant par la création en 2008 de la DCRI que par les suppressions de postes.

À l’appui de cette analyse, Bernard Cazeneuve met en avant les 338 gendarmes mobiles et CRS blessés en mission en 2014, contre 228 en 2013 et 175 en 2012. Des chiffres à manier avec précaution car ils ne disent rien de la gravité des blessures (qui peuvent aller de simples contusions sans ITT à des fractures). Lors de son audition, Ben Lefetey, porte-parole du Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet, a par exemple remis en doute l’utilisation d’acide par les zadistes contre les forces de l’ordre à Sivens, affirmant ne pas avoir été témoin de ces actes qui auraient nécessairement entraîné des blessures ou des traces matérielles côté forces de l’ordre.

Les autres représentants de la place Beauvau, auditionnés par cette commission début décembre 2014, quelques semaines après la mort de Rémi Fraisse, se sont montrés tout aussi alarmistes. « La gravité des violences a augmenté », a assuré Thomas Andrieu, directeur des libertés publiques et des affaires juridiques du ministère de l’intérieur. « Il n’est pas rare de devoir faire face à certains modes d’actions proches de la guérilla », a affirmé le général Bertrand Cavallier, ancien patron du Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie de Saint-Astier.

Il n’existe cependant pas de données chiffrées, ni d’études scientifiques sur l’évolution du niveau de violence lors des mobilisations sociales. Et pour cause, Bernard Cazeneuve a estimé mardi que son ministère s’est « trop coupé de ces réseaux (de chercheurs) ces dernières années ».

Cette « constante du discours officiel », qui vise à « contextualiser, peut-être à justifier l’usage des grenades offensives », a d’ailleurs frappé le sociologue Cédric Moreau de Bellaing, maître de conférences à l’École normale supérieure. Entendu le 22 janvier 2015, le chercheur a rappelé « que la France a connu des épisodes qui peuvent “concurrencer” sans trop de difficulté ce qui s’est passé à Sivens » et que « si violent que cet épisode ait pu être, cette violence reste très en deçà de ce que connaissent certains des pays voisins comme la Grèce ou l’Allemagne ». Il cite « la violence des grandes manifestations de 1947-1948, de celles des viticulteurs de 1950, ou de celle de Creys-Malville de 1977 ».

Surtout, le sociologue, qui travaille depuis dix-sept ans sur la police, perçoit « un changement de doctrine » jugé « inquiétant ». « Ainsi, l’intensité de l’engagement des forces de maintien de l’ordre serait justifiée par l’intensité de la violence des protestataires », a-t-il remarqué devant les députés. Ce principe d’escalade de la violence est, selon lui, « radicalement opposé aux doctrines sous-tendant l’école française de maintien de l’ordre ». « Au début du XIXe siècle, en effet, les forces de l’ordre calaient l’intensité de l’usage de la force sur la violence des protestataires qui leur faisaient face, a expliqué Cédric Moreau de Bellaing. Cette montée aux extrêmes favorisait l’usage d’armes de part et d’autre, provoquait nombre de blessés et, du reste, se soldait parfois par un nécessaire repli de la force publique. » Au tournant du XXe siècle, la logique s’est inversée, ce qui a « largement contribué à la réduction globale du niveau de violence dans les mouvements de protestation collective ».

Le sociologue observe aussi les effets pervers des injonctions faites, depuis les émeutes urbaines de 2005, aux policiers et gendarmes. Ceux-ci n’ont plus seulement pour mission de « tenir un cordon, une rue, un espace mais de se mouvoir et (…) d’interpeller ». « Depuis la création des forces spécialisées dans le maintien de l’ordre, la doctrine reposait sur la mise à distance des manifestants, a-t-il poursuivi. Tenir un barrage plutôt que de mener ce que les policiers appellent des courses à l’échalote, c’est-à-dire des poursuites individuelles des fauteurs de troubles ; développer des équipements qui protègent les policiers mais qui sont lourds et qui donc rendent difficile cette poursuite ; utiliser des armes qui visent à disperser, à éloigner, le dispositif principal étant ici la grenade lacrymogène. Or le retour des missions d’interpellation signifie l’inverse : moins de patience, plus de risques, avec la nécessité d’un rapprochement physique avec les perturbateurs afin de les interpeller. »

Cette évolution a été renforcée par la généralisation, au milieu des années 2000, de nouvelles armes, comme les lanceurs de balle de défense, responsables en France d’une trentaine de blessures graves au visage (pour la moitié lors de mobilisations). « Si bien que les Flashball, dont l’argument de vente consistait à dire qu’il s’agissait d’armes devant contribuer à réduire le niveau de violence engagée par les forces de l’ordre d’un État démocratique, ont un effet tendanciellement inverse et contribuent à élever le niveau de violence des situations de maintien de l’ordre », estime le chercheur. Là encore, il a souligné la nécessité de sortir de la culture du chiffre instaurée par la droite.

« Que serait aujourd’hui un maintien de l’ordre réussi du point de vue des forces de l’ordre : un maintien de l’ordre sans blessés ou avec un niveau d’arrestations élevé ? Comment récompenser les policiers et les gendarmes parce que le calme a été maintenu, parce qu’il n’a pas été nécessaire d’intervenir, la pacification ayant été obtenue en amont, plutôt que de les récompenser en fonction du nombre d’arrestations ? »

Pour le sociologue, le défi est donc moins « l’arsenal des forces de l’ordre » que « la capacité à créer de nouvelles coopérations avec des groupes relativement flous », comme la police a su en nouer après-guerre avec les services d’ordre de la CGT. Ce qui s’est manifestement traduit par un échec à Sivens où, avant la mort de Rémi Fraisse, les deux préfets successifs n’ont jamais pris la peine de rencontrer le militant écolo Ben Lefetey, porte-parole du Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet. On peut toujours prétendre ensuite, comme l’a fait Thomas Andrieu devant les députés, se heurter au « défaut d’organisation » qui « caractérise les zadistes, qui par essence refusent cette notion ou font de l’absence d’organisation une stratégie politique, une stratégie de combat ».

Mardi, le ministre de l’intérieur Cazeneuve a par ailleurs annoncé vouloir « mettre le paquet sur la formation des forces de sécurité », dont la direction avait été supprimée sous la droite. Il a confirmé que le libellé des sommations faites par les forces de l’ordre sera « revu », afin qu’il soit plus clair pour les manifestants. Les opérations de maintien de l’ordre « à risques » seront désormais intégralement filmées, ce qui était déjà en partie le cas. Et ce « dans un but de renseignement ou pour déterminer a posteriori, pour des besoins judiciaires, le comportement des manifestants ou des forces de l’ordre », a précisé Thomas Andrieu.

Leur presse (Louise Fessard, Mediapart.fr, 4 février 2015)

Posted in La police travaille, Répression de la "mouvance anarcho-autonome" en France (2007-...), Violences policières et idéologie sécuritaire | Tagged , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

[Montpellier] « Faire les poubelles pour subsister ou se faire condamner pour un vol alimentaire »

http://juralib.noblogs.org/files/2015/01/0311.jpgHérault : des glaneurs de poubelles au tribunal

Deux hommes et une femme ont été reconnus coupables d’avoir volé des denrées périssables à la date de consommation dépassée dans un supermarché à Frontignan (Hérault) en mai dernier. Ils ont toutefois été dispensés de peine, hier, par le tribunal correctionnel de Montpellier.

Les trois jeunes squatters qui avaient récupéré des produits alimentaires dans les poubelles d’un supermarché de Frontignan le 27 mai 2014 ont été condamnés hier pour cette infraction mais dispensés de peine.

Ce soir-là, Mike Adrien et Léa, étudiants ou intermittents du spectacle, désargentés, frigo du squat vide avaient sauté le mur de clôture pour soutirer des poubelles six sacs de denrées alimentaires dont la date de vente était dépassée du jour même mais qui restaient parfaitement consommables.

«Ce jour-là, c’était juste énorme ce qu’on avait découvert : des fraises et aussi du fromage de riche qu’on ne peut pas s’offrir, du chèvre particulièrement moelleux», explique Léa, 24 ans étudiante allemande qui garde un pénible souvenir de la garde à vue qui avait suivi l’opération récupération.

«Nous n’avons fait que récupérer des produits destinés à être détruits et abandonnés» a poursuivi Adrien, ingénieur du son, en squat et qui vit avec 300 € par mois.

Lors de ses réquisitions le parquet a argumenté sur le volet judiciaire strictement.

«Il y a eu pénétration dans un domaine privé sans autorisation. Il aurait été plus simple de demander la permission au directeur de l’établissement» a fait valoir le vice-procureur Patrick Desjardins, estimant que l’infraction de soustraction frauduleuse de denrées alimentaires avec circonstances aggravantes comme le vol en réunion était avérée, il a réclamé une condamnation assortie d’une dispense de peine.

«Dans cette affaire, il n’y a eu ni effraction, ni préjudice. Les aliments dans la poubelle n’ont plus de valeur financière, juste une valeur alimentaire et ces jeunes n’avaient pas l’argent nécessaire pour faire les courses» a plaidé Me Jean Jacques Gandini qui a réclamé la relaxe des trois, dénonçant le scandale des centaines de tonnes de marchandises jetées à la poubelle en France, la cinquième puissance mondiale.

Deux heures plus tard, les juges ont suivi les réquisitions du parquet. Ils ont confirmé l’infraction et dispensé de peine. Les militants altermondialistes présents en nombre dans la salle ont applaudi du bout des doigts avant de se féliciter de cette décision. Léa et Adrien qui continuent toujours à fouiller les poubelles pour manger ont dix jours pour faire appel. Et ainsi imposer un nouveau débat contradictoire et une mobilisation.

Le gaspillage alimentaire à l’Assemblée

L’Assemblée nationale débat demain de l’utilisation à des fins humanitaires des aliments invendus. Aucune décision ne sera prise toutefois, dans l’attente fin mars d’un rapport au gouvernement.

Dans sa version initiale, le texte déposé par le député UMP du Nord Jean-Pierre Decool proposait que les supermarchés concluent des conventions avec des associations d’aide alimentaire pour la collecte de denrées alimentaires invendues encore consommables mais aussi de faire évoluer les dates de péremption des produits.

Mais la commission des affaires économiques de l’Assemblée préfère attendre fin mars, lorsque le député PS Guillaume Garot aura remis au Premier ministre un rapport sur la lutte contre le gaspillage alimentaire. Une proposition de loi devrait être déposée dans la foulée.

Leur presse (Christian Goutorbe, LaDepeche.fr, 4 février 2015)

 

Le procès des ventres vides

Trois jeunes sont cités à comparaître ce matin pour « soustraction frauduleuse » de produits périmés dans la poubelle d’un supermarché.

Tout commence par un frigo vide, un soir de printemps. Nous sommes le 27 mai, à Montpellier. Léa, Mike et Adrien, étudiante, chômeur et technicien du spectacle, vivent de récupérations et de débrouilles. Depuis trois ans, avec d’autres, ils squattent un immeuble du centre-ville qu’ils ont rebaptisé « le Kalaj ». Pour manger, ils ont pris l’habitude de faire les poubelles des supermarchés. Un mode de consommation parallèle basé sur les tonnes de produits consommables jetés chaque jour par la grande distribution. « Les produits sont périmés de la veille ou du jour même, mais ils sont toujours bons, assure Adrien, vingt-cinq ans. Ce soir-là, il y avait plein de foie gras et de saumon, c’était une bonne pêche. On avait de quoi nourrir huit personnes pendant deux semaines. »

Léa, Mike et Adrien arrivent vers 22 h 30 à l’Intermarché de Frontignan, à une vingtaine de kilomètres de Montpellier. Ils enjambent un muret pour pénétrer à l’endroit où sont entreposés les sacs-poubelle. Une fois arrivés derrière le supermarché, ils récupèrent les sacs-poubelle remplis de victuailles. « On trie, on se sert et on nettoie derrière nous, précise Adrien. Notre objectif n’est pas de faire chier le magasin, on veut revenir. » Mais quand les trois glaneurs reviennent au camion, ils sont cueillis par la brigade anticriminalité (BAC). « La totale, se souvient Adrien. Mains en l’air, fouille au corps et du véhicule… Ils étaient persuadés qu’on avait volé dans la réserve du magasin. Quand ils ont vu que c’étaient des sacs-poubelle qui puent avec des produits périmés, ils ont compris. »

Ils risquent jusqu’à sept ans de prison et 100’000 euros d’amende

Pourtant, les trois jeunes gens sont emmenés au poste où ils écopent de douze heures de garde à vue – avec prises d’empreintes, d’ADN – et d’une citation à comparaître, le parquet ayant décidé de poursuivre. « C’est n’importe quoi ! s’emporte Adrien. La pauvreté est criminalisée et la BAC protège le profit d’une entreprise, au lieu de garantir la sécurité des citoyens. » Les trois « délinquants » doivent comparaître ce matin devant le tribunal correctionnel de Montpellier (Hérault). On leur reproche la « soustraction frauduleuse de denrées périssables avec date dépassée », délit assimilé à un vol, et aggravé ici par trois circonstances : « De nuit, en réunion et par escalade. » Ils risquent jusqu’à sept ans de prison et 100’000 euros d’amende. Ce type de procès n’est pas le premier. À Nantes, en juillet, un « zadiste » de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) avait pris trois mois de prison avec sursis et 105 heures de travail d’intérêt général (TIG) pour « vol » de denrées périmées dans les poubelles d’un Super U. « Je suis confronté à ce genre de poursuites assez régulièrement, raconte l’avocat nantais Stéphane Vallée, qui avait défendu le jeune homme. Avec les Roms dans les déchetteries, c’est exactement la même volonté de pénaliser la misère. Ça paraît incroyable que le simple fait de prendre ces denrées, destinées au camion-benne, soit considéré comme du vol. Dans le cas des zadistes, les produits “volés” leur avaient été restitués, ce qui montre la difficulté des poursuites… » Les trois Montpelliérains avaient, eux, dû verser leur butin sur le trottoir devant le commissariat, mais se sont arrangés pour en garder une partie. Avec la crise économique, les glaneurs, que filmait déjà la réalisatrice Agnès Varda en 2000, se sont multipliés. Ce système D, s’il témoigne de la pauvreté grandissante, met aussi en exergue le gaspillage alimentaire de la grande distribution. « Il y a urgence à mettre en place des mesures législatives pour régler ce problème, soutient André Chassaigne, député communiste, signataire d’une proposition de loi en juillet pour astreindre les grandes surfaces à proposer leurs invendus alimentaires à des associations caritatives. On ne peut pas, d’un côté, laisser partir à la benne des produits certes périmés mais consommables, et, de l’autre, reprocher à des gens de faire de la récupération parce qu’ils sont en grande précarité. »

Pour une dépénalisation
de la récupération

Pour dénoncer ce gâchis, le collectif les Gars’pilleurs a une démarche intéressante : ils récupèrent des produits la nuit dans les poubelles des commerces (supermarchés, boulangerie, etc.) et les redistribuent le lendemain sur la place publique. « On fait surtout ça pour que les supermarchés se bougent et redistribuent eux-mêmes les denrées, explique Léo, membre de ce 
collectif. Quand on n’aura plus à le faire nous-mêmes, on aura gagné ! » Ce glaneur espère que le procès montpelliérain mettra ce problème sur la place publique et exige, à terme, une dépénalisation de la récupération. L’avocat des trois Montpelliérains plaidera la relaxe – ou au moins la dispense de peine – en invoquant « l’état de nécessité ». « Vu leurs revenus très faibles, ils ont trouvé ce palliatif pour se nourrir », argumente Me Jean-Jacques Gandini. L’audience 
devrait être renvoyée en raison d’une journée de grève des avocats. Mais aussi parce que les prévenus réclament une collégialité de jugement, à la hauteur des années de prison en jeu…

Leur presse (Marie Barbier, Humanite.fr, 3 décembre, 2014)

Posted in Luttes des chômeurs et précaires | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

[L’histoire du terrorisme est écrite par l’État] Libération surveillée des compagnon-ne-s détenu-e-s lors de l’Opération Pandore en Espagne

Espagne : Libération surveillée des compagnon-ne-s détenu-e-s lors de l’Opération Pandora

Le 30 janvier dans la nuit, les 7 compagnons et compagnonnes qui étaient encore en prison suite à leur arrestation le 16 décembre dans le cadre de l’Opération Pandora ont été remis-es en liberté.

Un jour avant, le Jury d’Instruction 3 de l’Audience Nationale a fait tomber le secret d’instruction, et pour ce qu’on en sait jusqu’à présent, à travers ce qu’ont diffusé les Mossos d’Esquadra sur leur page web au sein d’un communiqué de presse, on y trouve des accusations telles qu’appartenance aux GAC, des attaques de banques, des envois de colis piégés (un à l’archevêque de Pampelune, un à un membre de la congrégation fasciste Légionnaires du Christ, à Madrid, et d’autres à des entreprises italiennes), tandis « qu’on les relie » par ailleurs, toujours selon la police, aux attaques explosives contre la cathédrale de la Almudena à Madrid (7 février 2013) et contre la basilique du Pilar à Saragosse (2 octobre 2013), ce dernier fait ayant mené à l’accusation et la mise en prison préventive de nos compagnon-ne-s Mónica et Francisco.

Le communiqué policier s’achève sur un victorieux « selon les enquêteurs, la structure des GAC/FAI-FRI est désarticulée en Catalogne, principal bastion de cette organisation criminelle à finalités terroristes contre l’État espagnol ». Ce que ne reconnaissent pas (et ne reconnaîtrons jamais) ces serviteurs du pouvoir, c’est qu’ils cherchaient, à travers cette opération, à générer de la peur chez tou-te-s les autres compagnons et compagnonnes, ce qui n’a pas seulement échoué, mais qui, nous pourrions l’affirmer sans aucun doute, a généré l’effet inverse.

Sans nul doute, leur remise en liberté et le fait de les réaccueillir parmi nous est une occasion à célébrer, autant parce qu’ils et elles ne sont plus enfermé-e-s que parce qu’ils et elles sont de nouveau parmi nous pour lutter coude à coude contre ce monde de merde. Mais c’est une « célébration » qui ne peut rester que partielle, parce que les accusations restent en place, tout comme les mesures de contrôle judiciaire (obligation de signer 3 fois par semaine, retrait de passeport, etc.), et que Mónica et Francisco sont toujours dedans … pour ne pas parler de tou-te-s les compas qui risquent différentes peines de prisons dans différentes affaires et celles et ceux qui ont déjà été condamné-e-s.

Jusqu’à ce que tou-te-s soient libres !

Contra Info, 2 février 2015

Posted in España en el corazón | Tagged , , , , , | Commentaires fermés

[Chambard dans les Chambarans] 6. Correspondance entre H. Mora et J.-F. Noblet, conseiller technique du Conseil général de l’Isère

J.-F. Noblet, Conseiller technique environnement du président du Conseil général de l’Isère à H. Mora

Le 30 septembre 2009

Bonjour,

J’ai lu avec intérêt votre tract sur le Center Parcs. Il est toujours délicat de sortir des phrases de leur contexte et de leur faire dire le contraire de ce qu’elles signifiaient.

Vous savez bien que je suis personnellement opposé à ce Center Parcs et à cette forme stupide de tourisme industriel. Il est vérifié que le site n’est pas d’un grand intérêt écologique mais les pollutions et nuisances seront importantes.

En diffusant ce tract vous vous mettez à dos tous ceux qui, naturellement, sont hostiles à ce projet. Est-ce une bonne tactique pour créer un rapport de force opposée et une stratégie alternative ? Bien sûr que non.

Dommage car vous avez visiblement l’amour de ce pays, ce que je partage avec vous.

Cordialement

J.-F. Noblet

 

H. Mora à J.-F. Noblet

Le 25 novembre 2009

Monsieur Noblet,

J’ai bien reçu votre courrier et me suis demandé un instant si vous n’aviez pas mis par erreur dans votre enveloppe, non pas la lettre qui m’était adressée, mais son brouillon.

J’ai en effet reçu de votre part, dans une enveloppe estampillée Conseil général une lettre écrite au verso d’une feuille déjà imprimée et en partie raturée. Après réflexions, je me suis dit que vous aviez agi ainsi par souci de ne pas charger votre « empreinte écologique », vous sentant, peut-être, en partie responsable de la dévastation de notre département, due à la fonction que vous exercez en tant que conseiller technique environnement du président du Conseil général de l’Isère.

Vous soutenez dans votre lettre que j’aurais, dans le texte « Aux portes du Paradis », sciemment détourné vos propos pour leur faire dire le contraire de ce qu’ils signifiaient. Or, je vous citais deux fois dans ce texte en reprenant les propos que vous aviez tenus lors du 12e Festival au Naturel de l’Albenc, le 7 septembre 2008 qui furent enregistrés. Vous trouverez ci-joint retranscrit l’ensemble des questions ainsi que vos réponses à propos de ce Center Parcs.

Vous vous dites personnellement « opposé à ce Center Parcs et à cette forme stupide de tourisme industriel », et m’assurez que « je le sais bien ». Vous n’avez pourtant jamais fait de déclaration publique qui s’oppose à ce projet, et le président du Conseil général, monsieur Vallini, n’a pas fait état de ce type de réserve, bien au contraire, puisqu’il le présente depuis le début comme exemplaire sur le plan environnemental. Qui donc, en dehors de son conseiller environnemental a-t-il pu en témoigner et valider ce dernier comme tel ? Mais peut-être votre courrier à mon intention préfigure-t-il l’officialisation d’un désaveu public de votre part.

Vous vous posiez en tout cas, au festival de l’Albenc, la question de savoir « jusqu’à quel point les promoteurs vont vouloir faire quelque chose de modèle en la matière et avoir une politique différente de transport, de gestion des effluents etc. », et rassuriez immédiatement votre auditoire en lui disant que « pour le moment ils semblent vouloir faire des choses bien, ou voire même très bien ».

Nous pouvons donc conclure que vous êtes, pour l’instant dans ce dossier, ce que je dénonçais dans mon texte un simple gestionnaire de pollution et de nuisances mais sûrement pas un opposant à la construction de cette ville privée, fermée et payante.

Quant à la question tacticienne, je vous trouve très irresponsable de penser qu’il faille à tout prix être dans le consensus pour créer un rapport de force opposé et une stratégie alternative.

Pourriez-vous m’expliquer comment des opposants à la construction de ce Center Parcs pourraient s’allier à ceux qui, comme la FRAPNA, espèrent seulement en gérer les nuisances sans s’en prendre à leur source, c’est-à-dire au projet lui-même dans son ensemble ?

Et pourquoi s’associer à ces gens qui, pour faire passer le projet, font semblant de faire pression sur la société Pierre & Vacances pour obtenir les garanties vertes et durables exigées par le Conseil général, que celle-ci vend déjà, clés en main, puisque c’est son principal argument commercial.

Je laissais entendre dans mon texte que je n’avais aucune alternative à défendre puisque je demandais seulement de ne rien faire dans les Chambarans, de « laisser les Chambarans ce qu’ils ont été durant toute leur histoire : une simple forêt » aussi inintéressante d’un point de vue écologique soit-elle.

Henri Mora

Posted in Aménagement du territoire - Urbanisme, Luttes pour la terre | Tagged , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

[L’histoire du terrorisme est écrite par l’État] Les conspis travaillent LOL

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/05.jpg

Le Canard Enchaîné, 4 février 2015

Posted in General | Tagged , , | Commentaires fermés

3. Pleine lune

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/hermine.jpg

Pleine lune

Pleine lune cauchemars des nuits qui voudraient être les plus noires,
pleine lune où les cœurs des pèlerins des accords vertueux s’ébranlent,
pleine lune en point de mire des animaux de folies où tout est permis,
pleine lune des amoureux du soleil, qui fainéantent dans l’attente,
pleine lune des arpèges défectueux des errances mélancoliques …………………. why not ???

JLR

Posted in Critique des médias | Commentaires fermés

[Comme à Toulouse et à Nantes] Marche contre les violences policières, samedi 14 février à 14h30 à Montreuil

GARDIEN DE LA PAIX, MON ŒIL

Montreuil, 8 juillet 2009, place du marché : alors qu’elles protestent contre l’expulsion d’un immeuble squatté, cinq personnes sont touchées par des tirs de flashball, à l’épaule, à la clavicule, à la nuque, au front ; Joachim perd un œil.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/011.png

VOIR LA VIDÉO

Montreuil, 14 octobre 2010, devant le lycée Jean Jaurès : un large mouvement contre la réforme des retraites secoue le pays, Geoffrey reçoit un tir de flashball dans l’œil alors qu’il bloque le lycée avec ses camarades.

À Noisy-le-Sec en 2012, Amine est tué d’une balle dans le dos par un policier. À Villemomble en 2013, Fatouma perd un œil suite à un tir de grenade de désencerclement. En 2014, la BAC tire au flashball dans un square du quartier de la Noue à Montreuil. Des histoires comme celles-ci il en existe tant, et nous sommes loin de toutes les connaître.

Le collectif huit juillet et les proches de Geoffrey appellent à une marche à Montreuil contre le flashball, contre les violences et l’impunité policières. Elle partira du lycée Jean Jaurès pour se rendre à la place du marché. D’une blessure à l’autre, d’une violence à l’autre, c’est le même combat qu’il nous faut mener.

Chaque fois que la police blesse ou tue, politiques et médias reprennent le même scénario. Ils transforment les victimes en coupables a priori : casseur, délinquant, hooligan, clandestin… Ces catégories cibles, sur lesquelles la police peut tirer sans craindre d’être inquiétée, visent à empêcher de se sentir concerné par ces histoires et de se solidariser.

Ces derniers mois, la mort de Rémi Fraisse, tué par une grenade militaire, a résonné avec les mobilisations aux États-Unis suite à l’assassinat de jeunes noirs par la police et à plusieurs acquittements de policiers tueurs. Pendant quelques temps la violence de la police et de l’État était sur le devant de la scène publique.

Les attentats de ce début d’année, ou plutôt l’usage qui est fait de ce drame pour mieux nous gouverner par la peur, risquent de balayer une légitime défiance envers des institutions de plus en plus violentes, et de transformer les victimes de la police en dommages collatéraux de la guerre au terrorisme.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/01/16.jpg

La guerre contre le terrorisme est le récit dans lequel ceux qui nous gouvernent voudraient nous entraîner, dans lequel nous devrions faire corps avec eux, acceptant inconditionnellement leur gouvernement. Ce récit vient recouvrir une politique qui se fait contre la population, et contre tout ce qui y résiste. Il s’ajoute à la petite musique quotidienne jouée par les médias pour nous faire accepter ce monde – sa police, sa violence économique, ses réformes destructrices, ses grands projets absurdes, ses plans de rigueurs, ses inégalités naturelles, ses sacrifices obligés, sa concurrence de tous contre tous.

Ne nous laissons pas diviser. Nous avons d’autres histoires à raconter. À nous de les dire et de les rendre visibles.

MARCHE CONTRE LES VIOLENCES POLICIÈRES
SAMEDI 14 FÉVRIER à 14h30
départ du lycée Jean Jaurès,
au début de la rue Dombasle à Montreuil
M° Mairie de Montreuil

En novembre 2014 se sont rencontrés une quinzaine de blessés par flashball et leurs proches, venus de toute la France. De cette rencontre est née l’Assemblée des blessés, des familles, et des collectifs contre les violences policières.

Le 21 février 2015 — un an après la manifestation contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes où la police avait éborgné trois personnes en une journée — le collectif huit juillet et les proches de Geoffrey se rendront à Nantes avec l’Assemblée des blessés pour participer à la manifestation de solidarité avec les ZAD (zone à défendre) et contre les violences d’État qu’elles soient économiques, sociales ou policières.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/02.png

VOIR LA VIDÉO

Le 21 février une manifestation en soutien aux ZAD et contre le monde des bétonneurs aura également lieu à Toulouse.

Collectif huit juillet – mailing, 5 février 2015

Posted in La police travaille, Violences policières et idéologie sécuritaire | Tagged , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

2. Connaître

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/hermine.jpg

Connaître

Mes yeux ruissellent de l’innocence, de ne pas connaître la profondeur de ton cri.
Tes angoisses montent en ma gorge et se nouent au creux de mon souffle…
Je voudrais charrier les torrents de boue,
Qui ferment l’éclat de ton regard,
Comme un fleuve dans sa “magnificence”, puis les porter se fondre dans le delta des objets perdus…
Prendre ta main et la sceller dans la mienne et se lancer du haut d’une tour d’ivoire sur le vent d’un soir, sur le vent d’amour.
Prendre le temps de regarder l’étoile sifflante qui sort de ta bouche, l’attraper, puis la glisser telle une gouttelette cristalline au creux de mon oreille,
Écouter tes larmes, regarder tes rires,
Ne plus se retenir et lâcher les chevaux fous au galop de nos cœurs
Sentir la moiteur d’un soir de lune, au plus profond de l’été
Et se laisser prendre par la chaleur de nos corps,
Encore et toujours unis dans l’infini
Unis dans la splendeur d’une vie.

JLR

Posted in Critique des médias | Commentaires fermés

[In Sallah, Algérie] Hideux dans leur apothéose / Les rois de la mine et du rail / Ont-ils jamais fait autre chose / Que dévaliser le travail ?

In Salah : les militants anti-gaz de schiste affirment avoir forcé l’arrêt du forage

Plusieurs dizaines de manifestants contre le gaz de schiste ont forcé, ce mardi 3 février, l’arrêt du forage-test à In Salah, a-t-on appris auprès de Abdelkader Bouhafs, un des représentants de la société civile.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/01.jpg

« Nous nous sommes rendus sur place.  Et nous avons forcé l’arrêt du forage en éteignant les groupes électrogènes », affirme-t-il. « Des gendarmes et les autorités locales se sont déplacés sur place mais il n’y a pas eu d’affrontements », ajoute-t-il.

Leur presse (Hadjer Guenanfa, TSA-Algerie.com, 3 février 2015)

 

In Salah : Des manifestants encerclent le champ de gaz de schiste pendant quelques heures, en chantant !!!

Les opposants au gaz de schiste s’impatientent à In Salah. Ils ont tenté ce mardi de vérifier par eux-mêmes si la phase de fracturation hydraulique a commencé ou pas au niveau du site de Dar Lahmar, à une trentaine de kilomètres au nord de la ville.

Le mouvement populaire de protestations d’In Salah attendait depuis hier la validation de la liste de la commission de suivi de la non fracturation par les autorités, représentées par Moulay Abdelkader, le chef de daïra. La décision n’ayant pas été rendue publique, quelque 260 jeunes de la ville se sont rendus au fameux puits pilote, AHT1 H1, à une trentaine de kilomètres de la ville ou ils sont restés des heures durant observer les opérations en cours. Les jeunes ont pris des vidéos et des photos du puits, interrogeant les foreurs de l’ENTP qui auraient déclaré « n’avoir reçu aucun ordre de cesser les travaux de forage au niveau du champ ».

Selon des témoignages concordants, les manifestants ont été rattrapés par le chef de daïra, fou furieux de les voir sur les lieux en train d’arrêter les groupes électrogènes servant à alimenter le site. Accompagné par des éléments de la gendarmerie, ce dernier les a sommés de quitter le champ au risque de se voir arrêter.

Les manifestants sont rentres au crépuscule à Sahat Somoud pour raconter leur périple à Dar Lahmar. Mohamed Azzaoui, membre du groupe des 22 a affirmé en plénière que « les tergiversations des autorités qui atermoient les prises de décisions claires et concrètes font que les plus jeunes sortent de leurs gonds après autant de patience ».

Il a par ailleurs exhorté les autorités à faire preuve de responsabilité et « permettre l’application à la lettre des directives du Président de la République concernant l’arrêt des travaux à la phase d’exploration que nous interprétons comme étant un refus de la fracturation pour l’heure ».

Les jeunes eux, ont en tout cas promis, en chantant, de revenir le lendemain si jamais la décision d’arrêter les travaux n’arrivait pas. Rappelons enfin, que le site pétrolier de Dar Lahmar fait partie du Bassin de l’Ahnet, et qu’il compte pour le moment deux puits horizontaux d’exploration lancés dans ce site où était également prévu un puits vertical d’écho.

Les anti-schiste en sit-in permanent à Ouargla

Pendant ce temps, les anti-schistes de Ouargla tiennent depuis deux jours un sit-in permanent à la place de la Rose de sable baptisée Sahat Echaab. Un exposé du Pr Segni Laadjal, enseignant à l’université de Ouargla est présenté en soirée pour donner un récapitulatif sur les résultats des dernières études concernant les dangers du gaz de schiste.

Leur presse (Houria Alioua, ElWatan.com, 3 février 2015)

 

Ouargla : Des chômeurs tentent un suicide collectif

Grosse panique mardi au niveau de l’avenue Si El Haoues, une des artères principales de la ville de Ouargla ou se situe notamment le siège de la wilaya à cause d’une nouvelle manifestation de chômeurs qui a presque tourné au vinaigre quand une quinzaine d’entre eux ont pu accéder au portail principal de la wilaya pour « tenter » de se suicider par immolation à l’essence.

Empêchés d’accéder au cabinet du wali en ce jour de réception du public, les chômeurs étaient courroucés de se voir priés de décamper. Les flacons d’essence n’étaient pas loin, au moment ou une crise de carburant de plus en plus persistante frappe la wilaya du pétrole.

N’en déplaise au directeur de l’énergie qui annonçait jeudi, lors d’une conférence de presse, que « la wilaya de Ouargla était épargnée d’une crise du genre ». Des propos contredits par les longues files d’attente devant les stations services.

Et pour en revenir aux chômeurs qui ont réédité les tentatives de suicide entamées en 2010, un important dispositif sécuritaire a fini par les dissuader. La route est restée bloquée pendant plusieurs heures avant que les intéressés ne se retirent promettant de revenir une prochaine fois, « mieux outillés ».

À Ouargla, le mouvement des chômeurs a implosé depuis le 14 mars 2013, date de la Milyonia organisée par la coordination de défense des droits des chômeurs CNDDC. Depuis cette date, les collectifs se sont multipliés, chacun appelle à des manifestations éparpillées un peu partout et parfois simultanément avec une prédilections pour la séquestration de camions citernes de carburant, quand il en existe de passage, ou le blocage des axes névralgiques de la ville notamment les évitements de poids lourds ou les véhicules d’entreprises sont systématiquement bloques pendant des heures.

Les autorités restent impuissantes devant ce phénomène qui prend de l’ampleur ou la gestion des foules en fureur devient un exercice de plus en plus difficile. « Nous tentons d’éviter le pire et nous avons réussi à remonter la filière des commanditaires » avait rétorqué Ali Bouguerra, wali de Ouargla, à une question d’El Watan, au lendemain des événements tragiques de Touggourt qui ont fait 4 morts et 53 blessés en novembre dernier.

Leur presse (Houria Alioua, ElWatan.com, 3 février 2015)

Posted in Les luttes de classes en Algérie, Luttes pour la terre | Tagged , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

[Chambard dans les Chambarans] 5. Aux portes du Paradis

http://juralib.noblogs.org/files/2014/11/03.pngAux portes du Paradis

Il y a tout juste un an, je m’efforçais de dénoncer un projet qui avait apparemment reçu l’approbation générale [Les textes suivants furent distribués dans les boîtes aux lettres de Roybon et ses alentours, envoyés aux abonnés du site Pièce et main d’œuvre et publiés dans la revue Le Croquant n° 59/60, « Homo detritus – Du rejet au projet ». Nous pouvons également les retrouver aux archives sur le blog d’opposants à Center Parcs. Il s’agit des textes : « La mauvaise saison », « Les vérités qui dérangent parcourent des chemins difficiles », « Des ordures dans un couloir » et « Quand on ne cesse de nous dire qu’il n’y a rien à faire, on finit par avaler sa salive ».]. Il s’agissait de la construction d’un Center Parcs et de la destruction du bois des Avenières à Roybon.

Depuis, de l’eau a coulé dans la Galaure et je voudrais maintenant revenir sur cette question. Pour cela il m’a semblé nécessaire de reprendre cette affaire, somme toute juteuse, depuis le début, en commençant par vous raconter une histoire.

Une histoire qui débute comme une histoire drôle ; comme une blague, pourrait-on dire. Je voulais conter l’histoire de Monsieur Paul. Monsieur Paul n’existe pas vraiment. C’est une histoire. Monsieur Paul est un personnage quelconque ; un quidam en somme. Pour notre histoire, Monsieur Paul vivait dans un petit village. Ce petit village n’existait pas vraiment. Mais nous pouvons très bien nous l’imaginer. Ce village se trouvait au milieu d’une forêt à l’écart du monde tourmenté et agité. Ce monde tourmenté et agité demeurait au-delà de la forêt. Pour notre histoire, Monsieur Paul devait nous quitter. En effet, il s’était laissé abattre par une amère déconvenue. Il avait beau scruter l’horizon et avoir vécu dans ce village à l’écart de la frénésie de son époque, le monde le désenchantait. Et la tristesse l’ensevelit si bien qu’il se retrouva devant le Maître des clefs du Paradis. Maître saint Pierre s’adressa au nouveau venu :

« Monsieur Paul, je ne sais où vous orienter. Votre vie à l’écart du monde tourmenté ne vous a laissé guère la possibilité de vous exposer aux différents vices et aux multiples vertus de la vie moderne. Dois-je vous ouvrir les portes du Paradis ?

— Maître saint Pierre, lui répondit Monsieur Paul, je crains de ne pas savoir ce qu’est réellement le Paradis. On me l’a souvent dépeint comme un endroit où il fait bon vivre ; où les facilités et le confort sont de mise ; un endroit où les gens sont jeunes et souriants, beaux et bien habillés ; un endroit où l’on ne s’ennuie jamais ; un endroit où l’on fait du sport et où l’on s’amuse ; un endroit où chacun peut trouver la tranquillité et le repos sous la surveillance d’anges gardiens. Pourriez-vous m’en dire plus ? », demandait Monsieur Paul au Maître des clefs qui avait jusque là approuvé de la tête les propos tenus par son locuteur.

« Voyez-vous, Monsieur Paul, le Paradis c’est effectivement un accueil de fête, des sports et des loisirs à pratiquer en famille ou entre amis, un lieu de détente et de bien-être. C’est aussi un environnement zen et pur. Un environnement calme, ressourçant et déstressant. C’est un endroit fabuleux dans lequel vous vous dépassez, vous vous ressourcez et dans lequel vous ressentez un vrai sentiment de liberté. La flore que vous connaissiez jusqu’alors côtoie des espèces venues aussi bien d’Amérique que d’Asie ou d’Afrique. C’est aussi un endroit où il fait toujours beau et chaud, un endroit où les adultes redeviennent enfants, et où les enfants rient comme des fous. Un endroit où les voitures sont équipées d’un moteur électrique [L’ensemble des arguments et la plupart des termes employés de cette réponse du Maître des clefs à Monsieur Paul sont tirés de la brochure publicitaire « Center Parcs – Petites Vacances extraordinaires en forêt » (automne/hiver 2008).].

— Certes ce que vous me décrivez parait très attrayant, mais nous sommes aux portes du Paradis, et je souhaiterais savoir quels sont les avantages et les désagréments auxquels nous pouvons nous attendre ici, aux portes du Paradis. »

Le Maître des clefs lui répondit :

« Les désagréments seront limités. Presque rien ! Par contre les avantages seront certainement nombreux. Vous vous apprêtiez à partir et voilà que nos intentions vous retiennent [La création de 700 emplois serait l’argument indiscutable et indépassable présenté par les élus et l’industriel]. Nous allons vous occuper et les portes du Paradis et ses alentours rayonneront bientôt [Pour certains élus, Center Parcs représentera une vitrine pour les Chambarans].

— Mais Maître, je reste d’une prudence circonspecte devant de tels arguments. Tout d’abord, je ne vois pas pourquoi je devrais me féliciter de voir les portes du Paradis briller. Je ne vois pas non plus pourquoi je me réjouirais à l’idée que vous nous occupiez. Je trouve même dommage que mes semblables se plaisent à vouloir faire le ménage du Paradis [Plus de 300 des 700 emplois proposés par le Center Parcs sont des emplois intérimaires, à temps partiels. Il s’agit de contrats de seulement 10 heures par semaine pour le nettoyage des bungalows. Vous retrouverez dans les archives, sur le blog d’opposants à Center Parcs, cinq affiches qui furent réalisés à partir d’articles de journaux qui dénonçaient les conditions de travail dans les Center Parcs.]. Vous cherchez à nous enchanter ! Mais à chacune de vos prétendues délicieuses intentions, il est apparu qu’il en était autrement. Vous avez vous-même échappé à vos desseins lorsqu’une levée de boucliers générale s’est manifestée, il n’y a pas si longtemps, à propos d’un autre projet [Le projet de décharge à Roybon était présenté plutôt favorablement par monsieur Bachasson , conseiller général et maire de Roybon, avant qu’une très large opposition ne se manifeste (cf. le texte « Des ordures dans un couloir »)].

— Monsieur Paul, vous n’allez pas reprendre à votre compte ce que certains étrangers indésirables bobardent dans nos contrées [Monsieur Bachasson me joignit par téléphone après la distribution du texte « Des ordures dans un couloir », pour m’inviter à nous rencontrer. Lors de cette entrevue monsieur Bachasson me laissa entendre que ce projet ne me concernait pas puisque j’étais étranger au canton et à la commune de Roybon.]. Cette fois-ci, il s’agit d’intentions louables. Nos détracteurs officiels sont même prêts à accepter le dossier [Lors de la réunion publique du 27 janvier 2009 à Roybon, Monsieur Bachasson a confirmé que les élus Verts avaient voté au Conseil général pour le projet. Il a déclaré aussi à cette réunion publique que la FRAPNA qui aurait eu quelques réticences au départ, avait fini par admettre après quelques réunions que le projet pouvait être approuvé. Cette approbation servira certainement la FRAPNA qui pourra continuer à exister, s’assurant de cette manière que les subventions et les aides du Conseil général seront reconduites l’année prochaine ; il est difficile de mordre la main qui vous nourrit.]… »

Ce début d’histoire n’est pas sans lien avec la réalité, vous l’aurez compris. Le scepticisme de Monsieur Paul à l’égard de ce projet pantagruélique n’est certainement pas celui que partage dans la réalité l’ensemble des habitants du village aux portes du Paradis. Les Roybonnais dans leur majorité font confiance à notre Maître des clefs ; Monsieur Bachasson a su les convaincre de l’incalculable richesse que représente le projet. Paradoxalement le réflexe de leur ancienne identité enracinée dans les Chambarans ne leur a pas servi à défendre leur territoire contre « l’étranger » qui voudrait l’accaparer. « L’indésirable » est devenu ici celui qui défend les Chambarans pour ce qu’ils sont. Se considérant peut-être comme des laissés-pour-compte, ils préfèrent sans doute se débarrasser de ce territoire, pensant que cela leur permettra de jouir de cette vie moderne. Ils aspirent à cette modernité et espèrent en croquer. Les Roybonnais savent certainement ce qu’ils ont ou ce qu’ils n’ont pas, cependant ils ne savent pas encore ce qu’ils ont à perdre, et ne se rendent à l’évidence pas compte du profond désespoir et de l’exclusion indissociables de la pseudo-richesse… Tout ce qui brille n’est pas d’or !

Une légion s’est levée pour faire accepter le projet comme allant de soi. Certains peut-être se souviendront – et ce qui suit n’est plus une histoire mais bel et bien la réalité – comment, lors d’une assemblée durant la bataille contre la décharge, et bien avant que le projet de Center Parcs ne soit rendu public, l’Office du tourisme de Roybon proposait comme alternative de développer le tourisme dans les Chambarans. Nous avons vu aussi très tôt l’enthousiasme des élus du Conseil général se manifester dans les colonnes de L’Isère magazine et du Dauphiné Libéré pour accueillir l’heureuse nouvelle. Mais tout ceci n’est rien comparé à la puissante propagande de l’entreprise concernée qui, non seulement déverse ses brochures publicitaires à l’entrée des grandes surfaces de la consommation, mais aussi diffuse ses spots de réclames sur les ondes et les télécrans de chaque foyer. Center Parcs est accepté avant sa construction parce que l’image reflétée dans nos esprits est celle que l’entreprise a développée et martelée comme autant de motifs répétés sur le papier peint qui, couvrant les murs de notre inconscience, nous fera oublier de voir la tapisserie par l’envers : Center Parcs, c’est-le-bon-environnement, Center Parcs, c’est-la-nature-au-cœur-du-concept ; Center Parcs, c’est-des-vacances-100%-vertes, c’est-la-norme-Haute-Qualité-Environnementale, c’est-la-certification-ISO-14001, c’est-une-logique-de-développement-durable, etc. [Cf. la brochure publicitaire « Center Parcs – Petite Vacances extraordinaires en forêt » (automne/hiver 2008)] C’est comme Carrefour, Champion, Castorama, L’Oréal, Lafarge, un partenariat avec WWF.

Lors d’une réunion publique de présentation du projet par l’industriel du tourisme et par les élus le 27 janvier 2009 à Roybon, l’architecte paysagiste de la société Pierre & Vacances, Thierry Huot, nous a dit que le domaine à exploiter permettrait « d’implanter le bâti sans trop de déforestation » [Le Dauphiné Libéré du 28/01/2009] et que les espaces reboisés redeviendraient « de véritables corridors pour la faune et le gibier » [Ibid.]. Ce ne sont là, bien sûr, que des boniments de bateleur désireux de fourguer sa marchandise. Passons sur ces « véritables corridors » que représente un espace clôturé de 200 hectares. Regardons de plus près le document Révision simplifiée du Plan Local d’Urbanisme commune de Roybon. Selon ce document : « la volonté générale de l’aménagement est de conserver au maximum autour des cottages un environnement boisé avec autant que possible la préservation des arbres en place. Autour des cottages un dégagement de 5 m de part et d’autre de bâtiments est prévu pour le passage des engins de chantier et la pose des réseaux [c’est moi qui souligne] ». En ajoutant les autres parcelles qui seront détruites pour installer les restaurants, les boutiques et l’ensemble des loisirs sous cloche, pour le parking et ses accès, la mini-ferme, les chemins d’accès aux bungalows et la voie principale, il s’agit probablement de plus de 60 hectares de bois communal qui seront abattus [La photographie du chantier de Moselle qui illustre l’article « Center Parc, le défi de l’emploi », publié par le journal Le Républicain Lorrain du 28 mai 2009, donnera au lecteur des Chambarans une idée plus précise de ce que représentera la destruction du bois des Avenières à Roybon], et que l’on a déjà commencé à abattre avant même l’ouverture officielle du chantier. Mais rassurons-nous, selon Jean-François Noblet, l’écologiste de service du Conseil général, « les premières analyses des biologistes qui sont allés sur le terrain montrent que ce n’est pas un milieu naturel intéressant » [Propos tenus lors du 12e Festival de l’Avenir au Naturel de l’Albenc, le 7 septembre 2008 et enregistrés].

Le 24 février 2009, les Verts de l’Isère organisaient un « débat contradictoire sur le projet de Center Parcs et le développement touristique en Isère ». La contradiction dans ce débat portait essentiellement sur l’idée qu’un tourisme vert et durable était préférable à un autre tourisme vert et durable, les débatteurs partageant la même volonté de développer le tourisme [L’association « Blé » proposait même de fixer des capteurs solaires au-dessus des arbres pour bénéficier d’une énergie plus renouvelable que le bois, retenu par Center Parcs… À énergie produite et consommée équivalente, nous pouvons imaginer la marée de capteurs solaires recouvrant l’ensemble du domaine du bois des Avenières.]. En début de réunion, une note de Gérard Leras, président du groupe des Verts à la Région Rhône-Alpes, absent ce soir-là, fut présentée et lue. Après la lecture de cette note qui ne manquait pas de panache [Vous pouvez retrouver cette note du président du groupe des Verts de la région dans les archives du blog d’opposants à Center Parcs. Monsieur Gérard Leras a visiblement une sensibilité très sélective. Je voudrais rappeler au lecteur et à l’auteur de cette note lui-même qu’il a défendu avec opiniâtreté le projet de construction de la ligne TGV Lyon-Turin et le ferroutage associé qui pourtant participe à ce « monde de la consommation débridée, d’une humanité prédatrice des ressources naturelles, irresponsable » qu’il condamne ici contre le projet du Center Parcs. Je lui demande donc d’expliquer publiquement en quoi les ravages (des paysages, environnementaux et sociaux) causés par la construction d’une ligne TGV sont différents de ceux causés par l’implantation d’un Center Parcs.] au vu de ce qui fut défendu ensuite lors de la réunion, on s’empressa dans les rangs de rappeler que cette position n’était pas celle défendue par les Verts. Les Verts, qui avaient voté pour le projet au Conseil général (pour pouvoir étudier le dossier, disent-ils), étaient, comme Gérard Leras le soutenait dans sa note, pour un tourisme bien adapté, mais, contrairement à ce dernier, ne condamnaient pas le projet. « Nous ne sommes pas opposés au projet de Center Parcs dans les Chambarans » continue à dire aujourd’hui Olivier Bertrand présent à cette réunion ; « Pas question de diaboliser la démarche de Marcel Bachasson, le maire et conseiller général de Roybon » lisait-on dans l’article du Dauphiné Libéré du 26 février 2009 reprenant les propos de Maurice Le Calvez, animateur du parti écologiste de Beaurepaire et de la plaine de la Bièvre qui ajoutera : « Nous savons qu’il cherche, avec le projet, à sortir de la crise de l’emploi et à pallier la baisse des moyens financiers des collectivités locales ».

Lors de ce débat contradictoire, l’association « SOS-Déchets » proposa une autre « alternative » :

« Tout le monde a besoin de manger, et la plupart des personnes vont chercher à coût élevé leur nourriture dans les grandes surfaces. Aujourd’hui les agriculteurs ne vivent pas correctement de la vente de leurs produits et les consommateurs sur-payent leurs produits … Pourquoi ne pas créer une offre locale de qualité [biologique — Le terme “biologique” n’a pas été retranscrit sur le site de « SOS-Déchets » alors qu’il fut mentionné lors de cette intervention. Je l’ai mis entre crochets afin qu’il apparaisse et permette la compréhension de la suite du texte.] et la proposer à travers une interface (coopérative) locale afin que chacun s’y retrouve … et ainsi que cela évite d’engraisser les dirigeants des multi-nationales agro-alimentaires. Ce projet permettrait de relancer une agriculture locale, sur de petites exploitations, et donc de recréer les emplois chassés par la PAC et la logique productiviste ».

De prime abord cette proposition paraissait plutôt raisonnable et même à quelques égards, enthousiasmante. Pourtant un agriculteur des Chambarans, défenseur du Center Parcs à Roybon, lui fit remarquer que la terre des Chambarans, des champs-bon-à-rien, n’était pas propice à l’agriculture biologique et que les agriculteurs étaient ici obligés de traiter leurs champs de manière conventionnelle (avec des produits chimiques qui empoisonnent les récoltes, les nappes phréatiques et les cours d’eau), s’ils voulaient vivre de leur travail. Des producteurs en agriculture biologique existent pourtant dans les Chambarans, mais on venait de décrire si bien l’aberration de notre temps que le bon sens eût voulu qu’on tourne le dos à ce grand bazar, et qu’on sorte, au plus vite, de l’économie et de ses fausses solutions destructrices qu’elles soient conventionnelles ou même alternatives.

Le monde étant bien trop dirigé béatement par l’idée que s’en font les économistes, il est nécessaire d’aller voir ailleurs, avec d’autres considérations, et de revisiter l’histoire afin de tisser les liens qui nous permettront de nous construire d’autres perspectives. Il faut en tout cas, empêcher les échanges marchands de se développer, tenter de reprendre le terrain qu’ils se sont approprié tout au long de l’histoire, en commençant par ce que nous venons de lui abandonner.

Nos contemporains, malgré les crises (économiques, sociales, sanitaires, environnementales etc.) qui se succèdent et qu’ils supportent, en sont toujours à penser qu’il faudrait plutôt créer des emplois et des marchandises. Cette époque est bien triste et déplorable, mais, néanmoins, poursuivons notre chemin !

En juin 2009 le torchon brûlait entre le Conseil général et le Conseil régional :

« Suite à l’annonce de Jean-Jack Queyranne, président de la Région, d’un apport de 7 millions d’euros au futur projet de Center Parc à Roybon, André Vallini lui a envoyé une lettre stipulant que cette somme était bien en deçà des espérances iséroises ». Jean-Jack Queyranne ne changera pas d’avis, continuant tout de même à soutenir le projet. Lors du vote au Conseil régional le 9 juillet, seuls les Verts qui cette fois-ci monteront au créneau, et le Parti de gauche, absent des débats jusque là, s’opposèrent au projet. Le socialiste Jean-Jack Queyranne soutenu par l’UMP leur fit remarquer que leurs alter ego lorrains avaient voté, l’an dernier en faveur d’un projet identique du groupe Pierre & Vacances sur leur territoire. Ce ne sont là évidemment de la part de tous, que paroles et stratagèmes de sophistes…

Chacun cherche à valoriser les Chambarans selon sa propre grille économiste, sans se soucier de ce qu’ils sont ; sans se soucier de leur histoire. Les forêts recouvraient toute l’Europe. Depuis l’antiquité, elles ont été transformées en pâtures, puis en champs ou en cités. Les Chambarans avaient échappé à ce que les technocrates nomment aujourd’hui sa valorisation. On voudrait exploiter industriellement ce qui était resté quasiment inexploité jusque là. Au lieu de s’adapter au territoire, on ne cherche qu’à s’en affranchir. Les partisans de cette fuite en avant, et plus particulièrement les défenseurs du projet, mais aussi ceux qui le critiquent en acceptant d’y apporter quelques améliorations, ont admis cette valorisation et le développement comme inéluctables. Jean-François Noblet mettait même en garde certains opposants à Center Parcs lors du 12e Festival de l’Avenir au Naturel le 7 septembre 2008. Il leur disait :

« Si on veut s’opposer à quelque chose comme ça, il faut proposer une alternative. Il faut avoir des projets de développement différents. Il faut prendre l’initiative, parce que si on se cantonne à dire non, la machine vous écrasera ».

Notre conseiller du prince est clair, il faut se résigner à aller dans le sens de la machine pour ne pas se faire écraser. Ce beau consensus entre partisans du projet et ceux qui s’acharnent à pénétrer dans le paradis de la marchandise écolo-biologique, espère laisser sans voix ceux pour qui la vie et les choses n’ont pas forcement une valeur d’échange ou spéculative, et qui n’ont aucune proposition à faire, si ce n’est de laisser les Chambarans ce qu’ils ont été durant toute leur histoire : une simple forêt.

Henri Mora (archives), 1er septembre 2009

Posted in Aménagement du territoire - Urbanisme, Luttes pour la terre | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

1. Poète assassin

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/hermine.jpgPoète assassin

J’assassine les mots dans les ruelles sombres, des nuits trop noires,
Pourfendant dans le sens du poil le vent d’acier des carnassiers d’outre tombe…
Ossuaire malveillant des mots triturés sous le plafonnier des gens sans nuances,
Qui cherche en vain l’air d’une danse macabre.
Sabbat courtois des gens d’aisance qui piétine à chaque battement de cœur qui s’éteint,
Le cadavre chaud des enfants oubliés de cette société déstructurée..
Je mords mes mots si dur de mes dents qui se cassent,
Sous les coups de bâton de mes phrases,
Et ma langue saigne du sang le plus chaud, du plus rouge de ma colère, de ma révolte
Je frappe la mélodie qui ronge mon crâne,
du fer chaud de ma haine, chargeant mon haleine du souffre de la réalité blafarde d’un monde qui s’efface.
La nuit s’éteint sur le meurtre de la poésie non structuré des non sens de ma réalité…
Le soleil se lève et les caniveaux vomissent les dernières frasques du poète assassin…

JLR

Posted in Critique des médias | Commentaires fermés

[Chambard dans les Chambarans] 4. On finit par avaler sa salive

http://juralib.noblogs.org/files/2014/11/03.pngQuand on ne cesse de nous dire qu’il n’y a rien à faire, on finit par avaler sa salive

Le monde étant devenu une vaste galerie marchande, il était difficile de penser que les Chambarans pussent passer entre les mailles du filet à provisions. Les lois du marché auront finalement imposé la raison d’être d’un nouveau Center Parcs, dans le bois des Avenières, à Roybon, avec ses bungalows, son équipement aqualudique sous cloche et ses loisirs préfabriqués. On nous annonce toujours les bienfaits des projets proposés. Leurs laudateurs s’abstiennent de nous dire de quoi nous priveront-ils. Ici, il s’agit de 150 ha, et vraisemblablement davantage, qui seront retirés de la libre circulation des promeneurs, des cueilleurs, et des sylvains. La pratique de la chasse y sera naturellement interdite. Probablement d’autres conséquences sont à craindre ; les inconvénients ne sont pas toujours faciles à qualifier et à quantifier a priori. En revanche il est indéniable que la vie et les paysages que nous connaissons aujourd’hui, ne seront plus. Les résultats du tourisme de masse sur le littoral méditerranéen, ou encore dans nos montagnes, témoignent de la désastreuse évolution à laquelle nous pouvons nous attendre.

Le 15 décembre 2007, nous apprenions par la presse locale [Le Dauphiné Libéré du 15 décembre 2007. Selon le communiqué de presse du 17 décembre 2007, du Conseil général de l’Isère : « Pierre et Vacances envisage de consacrer l’année 2008 aux procédures administratives, de débuter les travaux fin 2009 et d’ouvrir le parc au printemps 2012. ». Nous apprenions donc, à la mi-décembre, les intentions de nos décideurs. Mais ceux qui connaissaient le bois des Avenières avaient pu remarquer les mois précédents (septembre, octobre et novembre 2007), l’abattage de nombreux arbres formant une allée de plusieurs centaines de mètres à l’intérieur même du domaine envisagé. Aujourd’hui cette allée est devenue carrossable… Monsieur Marcel Bachasson, maire de Roybon, se serait-il joué de la transparence et des procédures officielles ?] que la société Pierre et Vacances avait choisi la commune de Roybon pour construire un nouveau Center Parcs. Gérard Brémond, président de Pierre et Vacances confirma l’intention du groupe de bâtir ce cinquième complexe en France. Gérard Brémond est considéré comme un pionnier dans le domaine de la réalisation de stations de ski. Il est le premier à avoir développé le principe de la station sans voitures, en 1967 à Avoriaz. Un écologiste avant l’heure, penseront certains. Il est celui qui a développé, dans les années 1980, le concept de « nouvelle propriété » : son groupe fait construire des résidences touristiques qu’il revend ensuite à des particuliers qui bénéficieront de quelques avantages fiscaux. Le nouveau propriétaire loue ensuite son bien au groupe Pierre et Vacances qui est chargé de trouver les locataires. Le groupe Pierre et Vacances fut introduit en Bourse en 1999 ; son chiffre d’affaire annuel étant de plus de 1,5 milliard d’euros, en 2007. En 2005, le groupe Pierre et Vacances rédigea avec la fondation mondiale de protection de la nature WWF, une charte environnementale. Toute la presse adule ce personnage qui, parti de presque rien, se retrouve en Europe, à la tête d’un empire dans le domaine de l’immobilier et du tourisme blanc et vert, respectueux de l’environnement. Il est un symbole de la réussite écolo-libérale.

Sur le terrain, Avoriaz n’enchante vraiment pas tout le monde. Cette station se trouve à 1800 m d’altitude sur le territoire de la commune de Morzine en Haute-Savoie. Elle est effectivement interdite aux voitures ; on s’y déplace à pied ou en traîneau à cheval. Située au centre du domaine des portes du soleil qui compte 14 stations, elle permet aujourd’hui de skier sur un domaine de 650 km de pistes. Chacun pourra imaginer ce que cela signifie : les routes conséquentes et leurs bouchons, les immenses parkings aux abords de la station qui permettent d’accueillir 2500 véhicules, la multitude de remontées mécaniques dont la dizaine de télésièges débrayables débitant 3000 skieurs chacun par heure vers le haut des pistes ; mais aussi le remodelage, le dynamitage, les terrassements et le bétonnage de la montagne qu’impose chaque projet d’extension. Une véritable horreur qui s’est développée à l’ensemble du massif alpin ! On a ainsi offert la montagne aux investisseurs et aux touristes. Les premiers s’enrichissent tandis que les seconds s’adaptent en masse aux modes et consomment selon les saisons. La forêt avait échappé à cette frénésie. Gérard Brémond l’a désormais fait entrer dans la cour des grands.

« La Drôme et l’Isère étaient en compétition pour accueillir l’équipement » pouvait-on lire dans Le Dauphiné libéré du 15 décembre 2007. L’enjeu est en effet de taille : « […], les équipements de loisirs – centre aqualudique, restaurants, commerces, activités sportives… – occuperont la surface de 30’000 m². L’ensemble sera entouré d’aménagements paysagers et [de] 1000 maisons. » Mille maisons !

Les quelque quatre mille sept cents personnes [Selon les estimations des professionnels et en reprenant leur jargon, les 1000 bungalows représentent 5000 lits qui, selon le taux de remplissage annoncé, permettront d’accueillir en moyenne par semaine 4000 touristes. 700 salariés seront présents sur le site pour les recevoir.] présentes continuellement sur le site ne manqueront certainement pas de poser des problèmes dans ce village qui ne compte guère plus de mille quatre cents âmes aujourd’hui. Pourtant, selon les élus, ce projet serait de l’eau bénite : « Si le projet voit le jour, cela profitera à l’ensemble des territoires des Chambarans, du Sud Grésivaudan et de la Bièvre, notamment en terme d’emplois » [Le Dauphiné Libéré du 15 décembre 2007] s’enthousiasme André Vallini, président du Conseil général de l’Isère. Marcel Bachasson, maire de Roybon et conseiller général, s’enflamme aussi : « Avec la présence de près de 4000 vacanciers par semaine, cette implantation va également générer un volume d’achats de près de 12 millions d’euros par an et forcément engendrer de nombreuses retombées pour l’économie locale. On ne pouvait rêver mieux » [Isère Magazine, février 2008]. Un dossier réalisé en 2002 par les services du Conseil général du Territoire de Belfort, pour un projet de Center Parcs dans ce département [Ce projet a depuis été abandonné.], avançait des propos beaucoup moins exaltants : « Il est manifeste que la concentration dans quelques régions de la majeure partie de l’activité touristique a contribué à transformer totalement celles-ci, qui certes en vivent, mais ont vu en contrepartie disparaître une partie de leurs caractéristiques propres. » [Consultation de la population du 15 décembre 2002 – Implantation de Center Parcs. Ce dossier n’est plus consultable sur Internet. Je le tiens à votre disposition.]

Dans ce dossier qui concernait la construction d’un Center Parcs bien plus petit que celui qui est en projet pour Roybon, on s’inquiétait de certaines conséquences :

« La question de l’eau, pour un équipement de type Center Parcs est bien évidemment fondamentale. Au-delà de la consommation journalière d’une population d’environ 3000 personnes, soit une petite ville, et de 500 employés, l’ensemble des loisirs aquatiques, en particulier ceux localisés sous la bulle tropicale, en dépit des efforts de recyclage, nécessite des apports journaliers importants. »

« On estime, sur la base des constats effectués sur les sites existants, qu’un site Center Parcs représente une consommation quotidienne de l’ordre de 650 m³ d’eau .»

Chacun pourra apprécier et méditer en se souvenant peut-être de la campagne de sensibilisation Je sauve une goutte, organisée il y a une quinzaine d’années par le Conseil général de l’Isère.

Les services du Conseil général du Territoire de Belfort qui craignaient un impact notable sur la circulation du gros gibier, et sur les lieux de repos des oiseaux migrateurs, ajoutaient dans ce même dossier : « la présence en permanence sur le site d’environ 3500 personnes ne peut pas ne pas avoir un impact fort ; de fait chacun des sites évolue d’un statut purement forestier à une forêt de type périurbain » [Ibid.].

La question de la circulation et du stationnement engendrée par un Center Parcs est aussi une question préoccupante pour les habitants des communes riveraines, comme pour ceux qui appréciaient cette forêt à l’écart des routes à circulation. Dans les Chambarans, il s’agirait d’un trafic de l’ordre de deux mille véhicules qui se croiseraient lors des rotations, sans compter les véhicules des salariés. Les petites routes de campagne existantes seraient élargies ou encore aménagées en routes à circulation ; des ronds-points apparaîtraient aux intersections. Des parkings seraient construits, non seulement à l’entrée de Center Parcs, mais aussi ailleurs. Ces nouvelles infrastructures routières, mais aussi l’assainissement et le traitement des ordures du site, comparables à ceux d’une ville de près de cinq mille habitants, seraient pris en charge soit par le Conseil général, soit par la communauté de communes, c’est-à-dire qu’ils seraient payés par le contribuable. Il semblerait que cela déplaise. Mais seraient-ils seulement à la charge de Gérard Brémond ou du touriste qu’ils ne seraient pas plus enviables.

Nous ne pouvons pas accepter moralement de travailler à n’importe quel prix, contre notre conscience [Les riverains ne peuvent pas, non plus, accepter moralement de vendre les terrains utiles à ce projet, s’ils ont conscience de ce qui adviendrait.]. Les élus, à l’esprit comptable et intéressé, chantent les louanges du nombre d’emplois créés, du volume d’achats et de toutes les taxes qui seraient engendrés par un Center Parcs à Roybon. Selon les panégyristes de l’argent et du travail à la Shadok, la destruction des Chambarans, les nuisances à supporter et la soumission des riverains à de nouvelles conditions de vie ne devraient pas peser sur la balance des décisions.

Les mécontents finiront-ils par accepter l’idée qu’il ne s’agit là que d’un problème comptable et qu’il leur faudra, malgré tout, avaler leur colère et vendre leur âme au démon ?

Henri Mora (correspondance), le 27 octobre 2008

Posted in Aménagement du territoire - Urbanisme, Luttes pour la terre | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

[L’histoire du terrorisme est écrite par l’État] Comment le FBI et la Police montée travaillent

Terrorisme : deux hommes jugés au Canada

Le procès de deux hommes accusés d’avoir formé le projet de faire dérailler un train de passagers entre le Canada et les États-Unis pour protester contre la présence de troupes étrangères en Afghanistan, s’est ouvert aujourd’hui à Toronto.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/19.jpg

Chiheb Esseghaier et Raed Jaser, âgés tous deux d’une trentaine d’années, avaient été arrêtés en avril 2013 par la police fédérale canadienne et accusés d’avoir projeté une attaque pour le compte d’al-Qaida. Raed Jaser a plaidé non coupable à plusieurs chefs d’accusation en lien avec une attaque terroriste, tandis que son complice rejette tout système judiciaire, préférant assurer seul sa défense affirmant ne reconnaître que la loi coranique.

Le représentant du ministère public, Croft Michaelson, a dit qu’il comptait prouver que les deux accusés voulaient saboter un pont de chemin de fer en Ontario dans le but de faire dérailler un train reliant Toronto et New York et de tuer ou blesser des dizaines de passagers. Chiheb Esseghaier, un scientifique tunisien arrivé au Québec en 2008, suivait les instructions de “ses frères à l’étranger”, a déclaré Me Michaelson.

Raed Jaser, un Palestinien né aux Émirats Arabes Unis et possédant le statut de résident permanent au Canada, voulait “réaliser plusieurs missions” pour sauver (sa) religion, selon le procureur.  En 2012, les deux hommes ont formé une cellule terroriste qui a presque immédiatement été infiltrée par un agent secret du FBI (police fédérale américaine). Ce dernier avait “sympathisé” avec Esseghaier lors d’un vol vers la Californie et avait gagné sa confiance.

L’essentiel des accusations repose sur des enregistrements de conversations entre les deux accusés et l’agent du FBI, ainsi que des écoutes électroniques et des vidéos de surveillance les montrant en repérage de ponts de chemin de fer dans le sud de l’Ontario. Le procès est prévu pour durer huit semaines.

Publié par le savoir-faire français (LeFigaro.fr avec l’Agence Faut Payer, 2 février 2015)

 

Procès Essaghaier-Jaser : témoignage d’une taupe du FBI

Chiheb Esseghaier et Raed Jaser sont accusés d’avoir voulu faire dérailler un train de Via Rail, en décembre 2012, dans le corridor Toronto-NewYork. Les faits se sont déroulés dans le secteur de Niagara.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/17.jpg

Les deux hommes qui ont été arrêtés en avril 2013 à Montréal et Toronto sont soupçonnés d’avoir agi pour le compte d’Al-Qaïda.

La taupe, qu’on ne peut ni voir ni identifier en cour, soutient qu’il a rencontré Chiyeb Esseghaier à Houston, alors que les deux hommes embarquaient pour San José, en Californie.

Il a raconté au jury qu’il s’était « fait passer pour un musulman américain né à l’étranger mais avec une mentalité radicalisée, qui faisait des affaires dans l’immobilier. »

Le policier affirme que leurs discussions en arabe durant le vol portaient sur la politique et la religion.

Il affirme qu’à la fin du voyage, Esseghaier le considérait « comme son quatrième frère. »

« Esseghaier m’a dit que seuls les moudjahidines n’ont pas peur de mourir pour le djihad, en ajoutant que c’était Allah lui-même qui les avait mis sur le même avion. » [traduction libre] — La taupe

La taupe ajoute que les deux hommes se sont vus tous les soirs en Californie, puis plus tard à Montréal.

Ils avaient établi des moyens de communiquer entre eux par téléphone et par courriel sans attirer l’attention des autorités américaines et canadiennes.

La couronne prétend que Chiyeb Esseghaier a planifié un attentat contre Via Rail avec la complicité de son co-accusé qu’il a recruté à son retour d’Iran au début 2012.

Selon les Procureurs, il recevait ses ordres d’Al-Qaïda et souhaitait forcer Ottawa et Washington à retirer leurs troupes d’Afghanistan, parce qu’il les accusait de répandre le mal, la corruption et le christianisme sur les terres saintes de l’islam.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (d’après les détails recueillis par Jean-Philippe Nadeau, ICI.Radio-Canada.ca, 2 février 2015)

 

Alleged terrorist befriended FBI agent, court hears

Accused terrorist Chiheb Esseghaier met a fellow Muslim on a flight from Houston to California because of a seating screw-up, his terrorist trial heard Monday.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/18.jpg

The fellow Muslim had lost his original seat and Esseghaier insisted they sit together for the June 2012 flight, court heard.

“By the end of that week, we were quite close — he referred to me as his fourth brother,” a witness testified.

But the rich, radical Muslim who told Esseghaier he financially supported the Mujahideen, wasn’t a real jihadist, but actually an undercover FBI agent. His identity is covered by a publication ban.

There was no explanation given in court as to how the FBI agent ended up on a California-bound flight from Houston with Esseghaier, a Tunisian doctoral student from Montreal, who was heading to a west coast conference.

The agent is now testifying as the critical Crown witness who compiled the terror case called Project Smooth against Esseghaier and Raed Jaser, who are accused of plotting to sabotage a Via train from New York to Toronto in 2012 to force Canadian and American troops out of Afghanistan.

Esseghaier, 31, and Jaser, 37, are pleading not guilty to their terror charges.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/20.jpg

The RCMP and other law enforcement officials announce a foiled terrorism plot on a VIA Rail passenger train. Two men have been arrested: Chibeb Esseghaier of Montreal and Raed Jaser of Toronto.

The agent’s “legend” was that he became radicalized by an uncle who ran his business after his mother’s death, court heard.

After two months of e-mails and phone calls between the agent and Esseghaier, the agent — wearing a bodypack recording device — visited him on Sept. 7, 2012 at his Montreal home.

Their recorded Arabic conversations were played in court as the English translations appeared on screens. The agent testified to explain the context of the exchanges.

Esseghaier admitted he travelled to Iran in April 2011 and again in February 2012, meeting “brothers, who were Mujahideen (jihadist soldiers) for the sake of Allah.”

Esseghaier divulged that he and a Palestinian pal in Toronto were scheming together, the agent told the jury.

“I want to meet the Palestinian brother in Toronto,” said the witness, who accompanied Esseghaier on a Sept. 8 drive from Montreal to Toronto.

The trial continues Tuesday.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Sam Pazzano, TorontoSun.com, 2 février 2015)

Posted in La police travaille, Violences policières et idéologie sécuritaire | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

[Lausanne, samedi 14 février] Soirée de soutien au camarade Aleksandr Kolchenko

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/15.png

Programme de la soirée à suivre bientôt !

Espace autogéré de Lausanne

Posted in Beau comme une prison qui brûle, Les luttes de classes en Russie | Tagged , , , , , | Commentaires fermés

[L’histoire du terrorisme est écrite par l’État] Tarnac, un magistrat crie au complot

http://juralib.noblogs.org/files/2015/01/0311.jpgTarnac, un magistrat crie au complot

TF1, Le Monde, Libération, Mediapart et Les Inrockuptibles piégés par les théories conspirationnistes.

Vendredi 30 janvier 2015, la cour d’appel de Versailles a été le théâtre de révélations effarantes.

Depuis plus de 3 ans maintenant, deux policiers de la Sous-Direction Antiterroriste de la Police Judiciaire sont placés sous le statut de témoin assisté suite à une plainte pour « faux en écriture publique » déposée par Julien Coupat et Yildune Lévy, tous deux poursuivis dans l’affaire de Tarnac et soupçonnés d’avoir déconnecté l’alimentation électrique d’une ligne TGV.

Plainte

À l’origine de cette procédure, la conviction de Coupat et Lévy. Convaincus que le procès-verbal de la filature qui fonde les accusations de terrorisme contre eux est un faux, et après avoir essuyés les refus systématiques d’instruire à décharge de l’ancien juge antiterroriste Thierry Fragnoli, ils décident de porter plainte pour faux en écriture publique afin qu’une autre juridiction puisse rendre un avis impartial.

Nous n’exposerons pas ici les détails de cette épopée juridique car cela sera fait dans un futur article.

Au cours de cette procédure parallèle, de très nombreux éléments apparaissent. Pas moins de vingt policiers de la Sous-Direction Anti-Terroriste et de la DCRI sont entendus et confirment la véracité du procès-verbal et donc de la filature. Cependant, de nombreuses incohérences dans leurs récits sont relevées par la défense.

Malgré cela, la juge en charge du dossier estime qu’il n’y plus de doute à avoir quant à la bonne foi des policiers et prononce un non-lieu. C’est l’appel de ce non-lieu, par les parties civiles (Coupat et Lévy) qui a eu lieu ce vendredi.

Coup de théâtre

Lors de l’audience, Me Dosé, avocate de Lévy et Coupat, s’est présentée avec de nouveaux éléments. Elle a tenté de démontrer devant la cour que les témoignages des 20 policiers étaient absolument contradictoires entre eux ainsi qu’avec le déroulé du procès-verbal. Cerise sur le gâteau, l’un des agents ayant assuré avoir participé à l’opération cette nuit-là en Seine-et-Marne aurait parallèlement, c’est-à-dire à la même heure, rédigé un procès-verbal à Levallois-Perret, dans les locaux de la SDAT. À partir de ces éléments, l’avocate exigeait que l’enquête ne soit pas close et qu’à minima, le policier puisse être entendu quant à ce fascinant pouvoir d’ubiquité.

Mais l’avocate générale ne s’en est pas laissée conter. Selon nos informations, elle se serait lancée dans une diatribe enflammée et vindicative à l’encontre de la partie civile. Tout ce que le parti de « Tarnac » avait énoncé n’était que théorie de la conspiration. Elle comparait alors les démonstrations de leur avocate aux vidéos qui pullulent sur internet et remettent en question tant les attentats du 11 septembre que ceux de Charlie Hebdo. Renversant la charge sur les plaignants, elle validait le récit policier tout en accusant les « victimes » de manipulations mentales.

Nous avons contacté l’une des mis en examen de l’affaire de Tarnac afin de recueillir ses impressions. Même si elle n’est pas plaignante dans cette plainte pour faux en écriture publique, elle a tenu à ce que sa réaction soit publiée. Nous le faisons sans aucune censure afin de retranscrire au mieux son sentiment sur le moment : « Ces gens sont vraiment les dernières des merdes. Non seulement ils savent pertinemment, comme tous ceux qui ont lu le dossier, que les flics mentent depuis le premier jour, mais ils n’ont tellement pas de dignité qu’ils aiment se réduire aux pires infamies pour flatter leurs collègues. Ils ne connaissent vraiment pas la honte. »

Quoi que l’on pense de la dureté du propos, force est de constater que les « théories conspirationistes » dénoncées par l’avocate générale ont été largement documentées par des médias habituellement connus pour le sérieux de leurs enquêtes. Le journal Le Monde avait en effet relaté cet été des invraisemblances inexplicables de ce fameux procès-verbal de filature. Mediapart avait aussi révélé l’année dernière qu’un agent de la DCRI contactait des journalistes afin d’accuser ceux de « Tarnac » de délits imaginaires, Les Inrockuptibles s’était fait l’écho des manœuvres troubles d’un agent secret anglais à l’origine de l’affaire et TF1 était même allé jusqu’à assurer que le seul témoin clef et anonyme du dossier était en réalité un mythomane manipulé par la DCRI et poursuivi pour avoir menacé sa propre fille de viol et abattu ses moutons.

Il apparaît donc certain aujourd’hui qu’il y a bien conspiration d’Illuminatis ou de reptiliens. Reste à en déterminer les membres : l’avocate générale ou les autres.

Le délibéré sera rendu le 27 mars. Pendant ce temps, l’instruction principale du pôle antiterroriste reste au point mort … depuis 6 ans.

LundiMatin #9, 2 février 2015

Posted in La police travaille, Répression de la "mouvance anarcho-autonome" en France (2007-...), Violences policières et idéologie sécuritaire | Tagged , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

[Mère de Dieu, chasse Poutine] Le Comité des mères de soldats à Saint-Pétersbourg à propos des conscrits russes envoyés comme chair à canon en Ukraine

Une ONG russe redoute l’envoi d’appelés russes en Ukraine

Plusieurs appelés russes ont été forcés ces derniers mois de signer des contrats pour devenir des soldats professionnels, a affirmé lundi à l’AFP une ONG russe de défense des droits de l’Homme, disant craindre que cela ne facilite leur envoi en Ukraine où Moscou est accusé par Kiev et les Occidentaux de soutenir les séparatistes prorusses.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/03.jpg

Une vingtaine de plaintes ont été reçues depuis décembre émanant de parents de conscrits russes qui se sont vus obligés de signer de tels contrats, a déclaré à l’AFP Ella Poliakova, présidente du Comité des mères de soldats à Saint-Pétersbourg.

“Mon fils a été forcé de signer un contrat de soldat professionnel”, “On l’insulte, on l’humilie pour qu’il signe”, peut-on lire dans ces plaintes dont la plupart sont anonymes, selon Mme Poliakova.

Plusieurs parents disent que leurs fils doivent désormais être envoyés dans la région de Rostov, près de la frontière ukrainienne, pour des exercices militaires, a-t-elle précisé. “Les gens ont très peur” que cela n’aboutisse à l’envoi de leurs fils en Ukraine, a-t-elle indiqué.

“Nous avons peur, car personne ne peut rien garantir”, confirme à l’AFP Alexeï Oucharev, qui figure parmi les parents ayant alerté le Comité des mères de soldats de Saint-Pétersbourg.

Son fils de 20 ans a signé un contrat de soldat professionnel en décembre et doit prochainement partir dans la région de Rostov pour des exercices militaires de trois mois.

Des plaintes similaires de parents d’appelés ont également été reçues par les ONG de défense des droits des soldats en Sibérie, dans la région de Mourmansk (Grand nord russe) et à Nijni Novgorod.

Selon des ONG russes de défense des droits de l’Homme, jusqu’à 15.000 soldats russes ont été envoyés en Ukraine durant l’été dernier et des centaines ont été tuées depuis.

Aucun commentaire du ministère russe de la Défense

Selon les dernières estimations de Kiev, plus de 9.000 soldats de l’armée russe sont déployés actuellement dans l’est de l’Ukraine.

Il n’y a pas, depuis le début du conflit en Ukraine, de preuves formelles, définitives et irréfutables de la présence de contingents russes déployés en Ukraine malgré les accusations régulières des autorités ukrainiennes, de l’Otan, des États-Unis et de pays européens.

Moscou dément catégoriquement toute présence et s’est contenté de reconnaître que des “volontaires” partis à leur initiative, combattent aux côtés des rebelles ukrainiens prorusses. Des familles, qui ont enterré leurs fils ou maris soldats, ont toutefois déclaré à plusieurs reprises à la presse russe et internationale qu’ils avaient été tués en Ukraine.

Presse de combat (DirectMatin.fr, 2 février 2015)

 

Ukraine : 100.000 hommes contre Kiev ?

Forts des revers infligés ces dernières semaines à l’armée ukrainienne, les rebelles prorusses ont annoncé aujourd’hui vouloir mobiliser 100.000 hommes, un signe supplémentaire que le processus de paix dans l’est de l’Ukraine est au point mort après l’échec des pourparlers ce week-end à Minsk entre belligérants.

“La mobilisation générale aura lieu dans la République populaire de Donetsk dans dix jours. Il est prévu de mobiliser jusqu’à 100.000 hommes”, a déclaré le dirigeant de la république séparatiste de Donetsk Alexandre Zakhartchenko, cité par l’agence officielle séparatiste DAN.

Ces déclarations de la direction rebelle interviennent après l’échec de pourparlers de paix à Minsk samedi, qui visaient à déboucher sur la signature d’un accord de cessez-le-feu permettant de mettre fin aux violences ayant fait plus de 5000 morts en neuf mois.

La semaine dernière, les rebelles avaient déjà menacé d’élargir leur offensive à tout le territoire des régions de Donetsk et de Lougansk, dont une grande partie est toujours contrôlée par les autorités de Kiev, en cas d’échec de ces négociations.

D’après le porte-parole de l’armée ukrainienne Andriï Lyssenko, les annonces de Zakhartchenko “signifient que les rebelles n’ont pas de ressources humaines et ne sont pas arrivés à atteindre leurs objectifs, à savoir la prise de la ville stratégique” de Debaltseve, noeud ferroviaire reliant les capitales rebelles de Donetsk et Lougansk et théâtre d’intenses combats ces dernières semaines.

Publié par le savoir-faire français (LeFigaro.fr avec l’Agence Faut Payer, 2 février 2015)

Posted in Les luttes de classes en Russie | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

[Chambard dans les Chambarans] 3. Des ordures dans un couloir

http://juralib.noblogs.org/files/2014/11/03.pngDes ordures dans un couloir

Il n’est pas fréquent qu’un conflit donne raison aux opposants à un projet d’intérêt public. Et lorsque nous considérons la contestation qui s’est maintenue sans répit durant 15 années contre la décharge d’Izeaux, nous pouvons prétendre que la victoire sourit aux audacieux et aux obstinés.

À partir de février 1989 — date à laquelle la préfecture autorisait la société Lély et fils à exploiter à Izeaux un Centre d’enfouissement technique (CET) [L’appellation a évolué avec la réglementation. Le Centre d’enfouissement technique (CET) de classe 2 est devenu le Centre de stockage de déchets ultimes (CSDU) de classe 2. Suite à l’arrêté du 19 janvier 2006, les CSDU de classe 2 sont désormais appelés Installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND) de classe 2.] de classe 2 — l’opposition locale n’a plus baissé sa garde : elle séquestra durant toute une nuit le Conseil municipal d’Izeaux. Elle détourna la circulation automobile sur le site des carrières. Elle bloqua les accès à un rond-point, immobilisa plusieurs TGV, occupa le site et empêcha l’entrée des camions à ordures. Elle manifesta sur place et à Grenoble tandis qu’elle entamait une bataille juridique avec l’exploitant [Cf. l’histoire chronologique de cette opposition sur le site : http://comitedizeaux.free.fr].

Le préfet de l’Isère est allé jusqu’à dire : « À Izeaux on se heurtait à un problème insoluble, qui provoquait de surcroît des troubles à l’ordre public, des conflits tel que la sécurité des personnes n’était pas assurée. » (Le Dauphiné libéré du 5 octobre 2005) [« La décharge d’Izeaux n’aura jamais vraiment tourné, juste quelques dépôts par-ci, par-là, très sporadiques. À peine les camions de la Société Lély se présentaient-ils sur le site pour y larguer quelques tonnes de déchets ultimes qu’une armada de manifestants bloquait les entrées … et parfois les sorties », concluait le journaliste du Dauphiné libéré du 5 octobre 2005 qui annonçait la fermeture de la décharge. « Les échauffourées durent depuis quinze ans entre opposants, exploitants et gendarmes » ajoutait-il.].

Mais les discours des hauts fonctionnaires ne sont que des masques qu’ils appliquent sur leurs actions. Si le préfet de l’Isère a décidé de reconnaître une défaite, c’est qu’il avait un autre lapin dans son chapeau.

Il fallait diluer les responsabilités et impliquer les « acteurs locaux » pour proposer un autre site. L’ordre venait des ministères. Madame Nelly Olin et Monsieur Nicolas Sarkozy, respectivement Ministre de l’écologie et du développement durable et Ministre de l’intérieur et de l’aménagement du territoire, avaient adressé une lettre datée du 16 septembre 2005, à Monsieur Michel Bart, préfet de l’Isère, dans laquelle il était dit :

« Depuis une quinzaine d’années, l’exploitation de la décharge d’Izeaux, autorisée en 1989, s’est heurtée à de très nombreuses difficultés qui ont suscité d’importants problèmes d’ordre public et qui en ont interdit l’exploitation normale.

« […] De l’analyse d’ensemble à laquelle il a été à nouveau procédé de cette affaire, il ressort que la recherche, la création et l’exploitation d’un nouveau centre de stockage sur un ou plusieurs nouveaux sites, ne suscitant pas les mêmes interrogations d’environnement pourraient seules permettre de résoudre ces difficultés.

« […] une solution alternative à la décharge d’Izeaux doit être trouvée dans un délai rapide, et au plus tard dans les six mois à venir, de façon à permettre ensuite l’instruction de la nouvelle autorisation et la réalisation du centre de déchets dans 2 ans.

« […] Bien entendu, le ou les établissements publics compétents susceptibles d’intervenir ne le feront que si ce concours est demandé par les acteurs locaux, dont notamment le Conseil général de l’Isère. Le cas échéant, si d’autres questions le justifiaient, le ou les services de l’État compétents pourraient être sollicités dans les mêmes conditions. » [http://sosdechets.net/IMG/pdf/Letttre_Sarkosy.pdf. La plupart des documents concernant le projet de décharge de Roybon est consultable sur le site de SOS Déchets (http://www.sosdechets.net).]

Une copie de cette lettre fut adressée à Monsieur André Vallini, Président du Conseil général de l’Isère.

Qui voudrait d’une décharge devant chez lui ? Personne évidemment ! Seuls ceux qui ont un intérêt dans cette affaire, et ceux qui ont la responsabilité de la gestion des déchets, les exploitants et les administrateurs au sens large, avanceront qu’il faut sacrifier un territoire pour l’intérêt de tous et celui de l’environnement. Selon le dire des décideurs, nous produisons tous des déchets qu’il convient de traiter et d’enfouir. L’intérêt de la communauté passe, ainsi, avant celui des quelques malheureux qui auront à supporter directement les méfaits de ces nouvelles décharges ; leur soumission dépendant de leur manque de détermination et de leur faiblesse à manifester leur opposition. Pour mener à bien ce dossier, les autorités devaient donc proposer une alternative qui tienne compte de ces différents éléments. Il fallait encore qu’elles se trouvent des alliés et proposent un emplacement assez retiré. « Monsieur le Maire [de Roybon, monsieur Marcel Bachasson] rappelle et précise […] qu’il a été informé officiellement par monsieur le Préfet en juillet 2006 que l’État et le Conseil général étaient conjointement à la recherche (autorisation préfectorale mais compétence départementale) d’une solution alternative à la décharge d’Izeaux (site fermé en cours de démantèlement) [ ; ] que dans le cadre du Plan Départemental d’Élimination des Déchets, un comité de pilotage associant Monsieur le Préfet, la Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature (FRAPNA) [Totalement intégrée au pouvoir de décision, la FRAPNA reconnaît avoir « travaillé [au sein du comité de pilotage] avec le Bureau de Recherches Géologiques et Minières pour la recherche d’un site sur des critères très restrictifs, de façon à ne pas répéter la même erreur que le choix d’Izeaux (décharge sur une nappe phréatique) » (Isère Nature de septembre 2006).], le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), la Direction Départementale de l’Agriculture (DDA) … était chargé de cette recherche et que les premières études laissaient entrevoir une possibilité d’implantation sur 7 sites en Isère, dont 3 sur la commune de Roybon » [Extrait du compte rendu de la réunion du Conseil municipal du 20 octobre 2006 (http://pagesperso-orange.fr/mairie-roybon/Centre%20Stockage.htm)].

Roybon se trouve en effet loin de tout axe routier et ferroviaire et loin de toute concentration urbaine. Les probables opposants ne peuvent être que peu nombreux et ne pourront pas mener les mêmes actions que les opposants à la décharge d’Izeaux : pas de TGV ni de grands axes routiers à bloquer !

Le maire de Roybon ne vit pas alors d’un mauvais œil ce projet dans sa commune : « … l’implantation d’un tel centre représenterait pour la commune une rentrée supplémentaire de taxes et des aides diverses substantielles pour la réalisation de nos projets. » [Les membres du Conseil ajoutaient dans leur compte rendu de réunion qu’ils restaient ouverts à la négociation sous conditions : le Conseil se prononcerait favorablement si « des contreparties financières sont données, permettant à la commune de faire face à son développement, avec notamment des aides accrues au financement de certaines réalisations nécessaires, en évitant d’accroître la fiscalité (gymnase des Collèges, déversoir au lac, requalification de la zone de loisirs, mise aux normes des voiries communales, aménagement de la salle des fêtes … de la mairie, des entrées du village, aménagement de la traversée du village et des places, chaufferie bois, mise aux normes de certaines voies départementale si le trafic le nécessite…) et inscription de projets départementaux ou nationaux d’établissements sanitaires demandés par la commune (établissement pour handicapés, établissement pour personnes âgées dépendantes), aménagement de l’hôpital, blanchisserie… » (http://pagesperso-orange.fr/mairie-roybon/Centre%20Stockage.htm). Sans vergogne, ils affichèrent ainsi le prix de leur abnégation.]. Le maire de Roybon et la FRAPNA n’avaient à ce moment là, apparemment, que très peu d’objections à cette décharge. Il leur suffisait qu’elle soit aux normes, que les eaux souterraines soient protégées et que les déchets soient sous contrôle.

Le vent a tourné lorsque le Conseil municipal « a constaté l’opposition marquée d’une grande majorité des maires des communes environnantes et celle de la plupart des associations de défense de l’environnement » (http://pagesperso-orange.fr/mairie-roybon/Centre%20Stockage.htm).

Voyant la colère des maires des communes avoisinantes qui, contrairement à elle, n’avaient rien à espérer de ce projet si ce n’est les nuisances, et voyant l’opposition s’organiser, la municipalité de Roybon fit volte-face et rejoignit cette opposition, donnant finalement le 24 janvier 2007 un avis défavorable au projet d’implantation d’une décharge sur sa commune.

Actuellement une opposition ne paraît recevable que si elle fait des propositions et si elle explique en quoi le projet en question n’est pas acceptable dans le cadre d’une gestion de la société actuelle. On ne pourra sûrement pas condamner un projet pour la seule raison évidente que personne ne souhaite avoir devant ou à côté de chez soi une montagne de déchets, fussent-ils ultimes ou non dangereux, ainsi que la valse incessante des camions que cela engendre. La société industrielle est grande productrice de déchets. De par sa nature même, nous savons qu’elle ne se maintient qu’en produisant toujours davantage, dans une fuite en avant. Par conséquent nous savons qu’elle engendrera toujours plus de déchets. Malgré cela, il semble impossible de la dénoncer en tant que telle. On dira plutôt qu’il faut trier et recycler les déchets et en réduire la quantité [On demande à chacun de réduire ses déchets. Mais on sait que la plupart de nos ordures ménagères sont constituées d’emballages et de contenants : cartons, boîtes de conserve, papiers, plastiques de toute sortes, bouteilles, etc. Ces emballages et ces contenants doivent leur existence au seul fait que les marchandises sont conditionnées par l’industrie, pour le transport et la grande distribution… L’organisation industrielle du traitement de nos ordures ménagères est une vaste tromperie. Les centres de stockage des ordures ménagères ou d’incinération, les services de tri des déchets et les industriels de leur valorisation dépendent essentiellement de la quantité d’ordures qu’ils auront à traiter. Ils ont tout intérêt à ce que nous en produisions davantage. Leur environnementalisme n’est qu’un argument commercial. Avant que l’environnement ne soit devenu la bonne et fausse conscience de notre monde, ne pouvions-nous pas lire sur les conteneurs et les camions de la société Lély environnement actuelle, l’enseigne Évac-ordures ? Il est pourtant indéniable que cette société s’emploie davantage aux ordures qu’à l’environnement.
Jaunes, verts ou bleus, les conteneurs à la disposition des éco-citoyens, disséminés un peu partout sur les places, les parkings et le long des rues, sont autant de verrues qui enlaidissent nos villes et nos villages. Mais n’est-ce point ici le moindre des griefs que l’on puisse formuler contre le recyclage ? La valorisation des déchets est essentiellement critiquable de par le fait qu’elle devienne marchande et technicienne. Par conséquent son
objectif sera purement commercial et technique : pour un problème donné, on cherchera immédiatement une solution technique que l’on voudra commercialiser sans se préoccuper du problème social, humain et même environnemental, dans son sens le plus large. Parfois ces solutions techniques sont précipitées et ne répondent pas tout à fait aux attentes escomptées pour le long terme. L’important est avant tout d’innover afin d’ouvrir une nouvelle niche commerciale avant la concurrence. Les bouteilles plastiques, pour certaines des bouteilles d’eau minérale que l’on consomme parce que les nappes phréatiques sont polluées par les nitrates et les pesticides agricoles, sont recyclées pour devenir de la « laine polaire » qui deviendra impossible à recycler de nouveau. Le recyclage du papier désencré et blanchi au chlore (et oui !) donne des fibres de papier plus courtes et un papier de moins bonne qualité (ce qui ne permet qu’une dizaine de recyclages successifs, grand maximum). Le recyclage du verre pose aussi des problèmes car il est lourd et nécessite donc beaucoup de carburant pour son transport. Il faut le fondre à 1550°C pour le recycler, ce qui demande une grande consommation d’énergie. Il n’y a pas si longtemps les bouteilles en verre étaient consignées. Les industriels ont préféré ne plus organiser ce système de consignes jugé non rentable d’un point de vue commercial.]. On cherchera à formater les enfants à l’école dès leur plus jeune âge, espérant ainsi que les progénitures, nouveaux chiens de garde éco-citoyens, sauront éduquer les parents encore rétifs devant l’organisation si complexe qu’on leur demande de mettre en place chez eux et dans leur poubelle. On cherchera une nappe d’eau, une espèce végétale ou animale rare qu’il faudra à tout prix protéger et qui justifiera l’annulation du projet [L’ensemble de la « biodiversité » est menacé. On voudrait nous faire porter la responsabilité de cette catastrophe et nous montrer du doigt en nous demandant de réduire notre « empreinte écologique » alors même qu’on nous explique qu’il faut travailler plus et produire encore plus. Les contradictions de la société industrielle sont flagrantes. La disparition des espèces est bien plus dépendante de la dévastation et du morcellement des territoires que d’autre chose. Qui décide de construire une décharge ou un Center Parcs, avec toutes les conséquences que cela implique, dans un territoire vierge de tout grand aménagement sait qu’il réduira le territoire de toutes les espèces présentes. Il sait aussi qu’il participera par conséquent à leur extinction dans ce territoire dans un premier temps, et qu’il contribuera, à terme et en général, à l’appauvrissement de la diversité des espèces. Il ne faut pas crier au loup, après l’avoir invité à entrer dans la bergerie.].

L’opposition s’est bien sûr structurée. Un collectif de 18 communes s’est constitué fin décembre 2006, contre ce projet en Chambaran. Une pétition sur le site http://www.sosdechets.org/ compte de nombreuses signatures. Pour protester contre cette décharge, les habitants du petit village de Brion ont boycotté les élections législatives. Ce dimanche 10 mars 2007, aucun électeur de la commune de Brion n’est passé par l’isoloir. L’urne est restée vide [Cf. Le Dauphiné Libéré du 11 juin 2007.]. Le Président du Conseil général, monsieur André Vallini chargé par le préfet et les ministres de trouver et proposer un nouveau site et qui, jusqu’alors, n’avait émis aucun avis défavorable sur le site de Roybon, se prononce clairement contre ce projet. Il adresse un courrier le 21 mai 2007 au préfet de l’Isère dans lequel il déclare : « Je suis attaché à la forêt des Chambarans et à cette région dont il faut à la fois préserver le cadre naturel et développer l’attractivité touristique [c’est moi qui souligne], et je vous demande donc de faire examiner par vos services en toute transparence des solutions de stockage des déchets dans les zones industrielles productrices de ces déchets et bien connectées aux infrastructures routières. » [Cf. document sur http://www.sosdechets.org/.]

C’est peu dire qu’un nouveau projet était en train de naître dans l’esprit de notre élu chargé de l’administration du département. Une véritable politique départementale visant à recycler et à refaçonner un territoire vierge de tout grand aménagement venait de surgir. La presse locale nous apprenait le 15 décembre 2007 que le président du groupe Pierre et Vacances avait écrit officiellement à André Vallini pour lui annoncer que le cinquième Center Parcs de France allait s’implanter dans les Chambarans, à Roybon. Beaucoup se sont réjouis d’apprendre que l’on voulait développer le tourisme dans les Chambarans. Tout d’abord Monsieur Marcel Bachasson, maire de Roybon, toujours alléché par la nouvelle manne que représenteraient les taxes liées au permis de construire, la taxe foncière, la taxe professionnelle et les autres taxes de séjour, se félicite et « mesure à quel point 3500 ha de forêts vont être utiles ». Selon Jean-Michel Revol (conseiller général de Saint Marcellin), « c’est un plus pour la vitalité de nos territoires ». Et selon René Vette (conseiller général du canton de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs) [http://sillon38.com/blog/2007/12/17/roybon-heureux-elu-de-pierre-et-vacances/], « ça va créer un couloir touristique important ». Comment peut-on se flatter de vivre dans un couloir touristique important ?

Le projet de décharge n’a toujours pas été abandonné. Certains, avec André Vallini espèrent jouer la carte du tourisme industriel contre celle des ordures industrielles. Pour
l’instant les deux projets sont d’actualité. Les riverains se sont manifestés contre la décharge. Personne ou presque ne s’est déclaré publiquement contre le Center Parcs. Peut-être pense-t-on que les nuisances seraient moindres ?

Quant à moi, je souhaite pour les Chambarans avec, je l’espère, ceux qui les aiment pour ce qu’ils sont, ne jamais savoir ce que préserver le cadre naturel veut dire dans la bouche de l’aménageur de couloir touristique.

Henri Mora (correspondance), le 13 octobre 2008

Posted in Aménagement du territoire - Urbanisme, Luttes pour la terre | Tagged , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

[ZAD du Testet, dimanche 1er février] Les milices travaillent

Des miliciens bloquent les entrées à la Zad !!

Depuis 9h30 ce dimanche des dizaines de pro-barrages couplés aux Gendarmes Mobiles bloquent les entrées et sorties de la Zad du Testet. La D32 avant Barat ainsi que l’accès D132 depuis D999 sont bloqués par le véhicules des pro-barrages en travers des routes et les gens sont refoulés. Les 4 fourgons de GM postés au carrefour de Barat et ceux aux autres entrées laissent faire (consentent) les pro-barrages !!! Attention, les chemins de traverse sont, eux aussi, gardés ce matin, par des flics qui bloquent aussi ces entrées (mais quelques militants arrivent à passer).
Leur objectifs ?
Empêcher la tenue des AG du jour des résistants au barrage. À 10h devait se tenir l’AG de coordination, à 14h l’AG du collectif Bouilles pour organiser la suite de la lutte.
Empêcher en cette journée mondiale de zones humides que l’on accède à celle du Testet qui a déjà tant souffert.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/01.png

SCANDALEUX ! Ce 1er février, journée mondiale des zones humides, défendons la Zad du Testet ! De toute évidence nos réunions et notre union face à leur déni d’écologie, leur fait peur. Soyons plus nombreux.euses encore !!! Venez avec vos appareils photo, vos caméras et votre calme défendre le Testet!!

Telle est la situation à 11h10, rdv et actualisations à suivre dans la journée.

[12h] Un camion de pompier venu parce qu’un occupant a fait un malaise a été empêché pendant 1/4 d’heure d’accéder à la vallée par les miliciens, sous le regard débonnaire des gendarmes.

Autre info : les para-militaires en quad et 4×4 seraient payés par des agriculteurs, c’est ce qu’on a pu recueillir comme info ! On a donc raison de les appeler des miliciens en bande organisée ! Ils circulent librement, s’en prennent aux gens qui viennent dans la vallée, librement. Un copain chassé par les quads au voisinage de la ZAD.

Aux zad militants !! Appel à tous les médias honnêtes, aux auto-médias, aux gens en soutien à venir constater le blocage en force de la Zad par des milices en tenue de chasseur avec la complicité des Gardes Mobiles. Soyez groupés et calmes, en face ils cherchent la bagarre.

[16h] RENDEZ-VOUS devant la gendarmerie à Gaillac, la convergence des résistants va porter plainte contre les nombreuses exactions perpétrées ce matin par les miliciens pro-barrages avec la complicité des forces de l’ordre aux abords de la vallée du Testet. Ce matin, un maire d’une commune du Tarn, s’est fait agressé par les miliciens pro-barrage, s’est fait casser pare-brise et vitre latérale de son véhicule. Un militant retraité s’est vu ouvrir la voiture par les miliciens qui lui ont volé des affaires personnelles qui étaient à l’intérieur. Plusieurs personnes ont été violemment bousculées, empêchées de filmer…

[17h] Gaillac : alors que l’on attend les copains en train de déposer à la gendarmerie, 5 gros bras débarquent en véhicules, très excités, dont un armé d’une barre de fer. Brassard orange, sweat shirt noir à cagoule, avec logo « Brigade anti Pelluts – Soutien aux gendarmes de Sivens ». C’est la milice. Ils nous provoquent. On essaie de discuter tant bien que mal, en se demandant quand les gendarmes (qui observent depuis l’accueil de la gendarmerie) vont intervenir. Finalement ils rappliquent alors qu’un copain se fait fracasser son appareil photo par un milicien… C’est nous les méchants apparemment, les gendarmes sont culs et chemises avec la milice. Ils escamotent la barre de fer et raccompagnent ces messieurs à leur véhicules. Hallucinant.
Du coup, on attend le copain journaliste qui dépose plainte à son tour !

[18h] Un communiqué de membres de la coordination des opposants et PG 81, NPA 81 :

Pro-barrages et gendarmes, même combat ?

Les tensions autour du barrage de Sivens prennent un tour de plus en plus aberrant. Chaque jour, dans les media, les opposants au barrage sont insultés et diffamés. Dans le même temps, les manifestations et les violences des pro-barrages se resserrent autour du site, comme ce cortège menaçant en provenance de Montauban, le 19 janvier.

Aujourd’hui, dimanche 1er février, les animations prévues à l’occasion de la Journée mondiale des zones humides ont été empêchées par les pro-barrages et les gendarmes, qui ont barré tous les accès à la zone humide de Sivens.

Une réunion de coordination de citoyens, opposés à la construction d’un barrage sur le site de Sivens, n’a pu avoir lieu en raison de ces obstructions. Plusieurs personnes ont été injuriées et molestées, en présence des forces de l’ordre qui ne sont pas intervenues. Les opposants au barrage ont choisi de s’éloigner et de se réunir chez un particulier, à Gaillac. Des pro-barrage les ont filés. En treillis, brassard au bras, ils ont agressé trois anti-barrages au bas de l’immeuble où se tenait la réunion. L’un des agresseurs a alors appelé les gendarmes, lesquels sont arrivés sur le champ, et a prétendu avoir été menacé par un individu qui serait entré dans l’immeuble. Cinq gendarmes en tenue de combat ont alors voulu investir l’appartement où se tenait la réunion. Devant le refus de la propriétaire des lieux de les laisser entrer, et après avoir filmé, photographié et menacé de taser une des personnes venues sur le palier pour s’informer, ils ont finalement quitté les lieux.

Les opposants agressés dans la rue ont enfin pu rejoindre la réunion et informer les participants des dommages causés à leurs véhicules (4 pneus crevés pour l’un, pare-brise et vitre latérale explosés pour l’autre). Ils se sont ensuite rendus, accompagnés de leurs camarades, à la gendarmerie de Gaillac pour y déposer plainte.

Les signataires, participants à la coordination des opposants au barrage de Sivens, empêchés de circuler et de se réunir, agressés, menacés, traités en délinquants, dénoncent ce système de deux poids deux mesures, bienveillant pour les uns, implacable pour les autres, et appellent tous les citoyens attachés à la liberté à protester contre ces dérives intolérables dans un état de droit.

Soyons nombreux à nous insurger contre la montée de l’inadmissible !

Des citoyens participants à la coordination des opposants au barrage de Sivens – Le Parti de Gauche Tarn – Le NPA 81

Tant qu’il y aura des bouilles, 1er février 2015

 

Sivens : quelques tensions sur le site entre pro et anti barrage

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/02.jpg

Il y a quelques jours, agriculteurs et Zadistes se sont défiés sur le site.

Soixante gendarmes sont mobilisés aujourd’hui sur le site du futur barrage de Sivens à Lisle-sur-Tarn. À l’occasion de la journée des zones humides, des ateliers étaient organisés par les zaddistes [sic – NdJL] sur le site. Pour éviter tout affrontement avec la soixantaine d’agriculteurs présents également sur place, les gendarmes ont bloqué les accès de la zone. Pro et anti-barrage ont échangé quelques claques ce midi à Gaillac, mais la situation n’a pas dégénéré.

Réactions des lecteurs : (…) eavlina, le 01/02/2015 à 17h12 | C’est faux. Des milices de pro-barrage se sont attaquées aux automobilistes qui venaient tranquillement sur la zone pour écouter la conférence donnée par un naturaliste. Aux dernières infos, vitres brisées, vols d’objets, bousculades. Il faut informer correctement.

Presse dégénérée (LaDepeche.fr, 1er février 2015)

Posted in Aménagement du territoire - Urbanisme, La police travaille, Luttes pour la terre, Violences policières et idéologie sécuritaire | Tagged , , , , , | Commentaires fermés

Appel au soutien financier pour les réfugié-e-s syrien-ne-s en Grèce

Appel au soutien financier

ΕΣΕ (Union Syndicaliste Libertaire) Athènes soutient et se joint aux mouvements de solidarité pour les réfugié-e-s syrien-ne-s (victimes de guerre) qui vivent en Grèce. Mis à part leur légitime revendication pour la délivrance immédiate de l’asile et de documents de voyages, ces gens ont des besoins énormes en termes de logement, de nourriture, de soins médicaux, etc. Des centaines de réfugié-e-s syrien-ne-s vivent en hôtel (comme solution temporaire de survie) dans de mauvaises conditions, sous la responsabilité du gouvernement grec et du maire d’Athènes. Nous pouvons aussi témoigner que les besoins en nourriture sont comblés par les dons de charité et l’action des mouvements de solidarité.

Les autres réfugié-e-s syrien-ne-s (même des familles avec des enfants en bas âge) vivent dans des parcs, dans des conditions dramatiques. Pour des milliers de réfugié-e-s syrien-ne-s, le droit à un logement et un travail digne est un objectif bien éloigné.

L’arrivée massive de réfugié-e-s syrien-ne-s continue et continuera en Grèce, si on prend en compte qu’il y a, dans la Turquie voisine, un million et demi de réfugié-e-s syrien-ne-s qui ont dû fuir la guerre et cherchent à passer les frontières de l’Europe Occidentale.

Les organisations sociales d’Athènes (assemblées de quartiers et centres sociaux) ont pris l’initiative d’accueillir et d’héberger les réfugié-e-s syrien-ne-s. Pour ces organisations, cette initiative entraîne inévitablement des coûts financiers ingérables. Nous, ΕΣΕ – Union Syndicaliste Libertaire, avons décidé de soutenir cet effort.

En conséquence de cela, nous faisons un appel aux organisations syndicales, aux mouvements sociaux et aux travailleu-r-ses de tous les pays, pour soutenir financièrement notre effort. La caisse de solidarité mutuelle de l’ΕΣΕ Athènes ne suffira pas à répondre de façon adéquate à cette initiative.

Tout soutien financier peut être envoyé sur le compte suivant de la banque du Pirée (Piraeus Bank) :
5087-070937-715
ΙΒΑΝ: GR86 0172 0870 00508707 0937 715
BIC: PIRBGRAA

Traduit de l’anglais (Anarkismo.net, 28 janvier 2015) – reçu le 1er février 2015. Pour rappel, il y avait eu un fort mouvement (manifs, grève de la faim devant le parlement, à Syntagma) en novembre-décembre.

Posted in La révolution syrienne | Tagged , , , | Commentaires fermés

[L’histoire du terrorisme est écrite par l’État] Feu la république

http://juralib.noblogs.org/files/2015/01/08.pngFeu la république

La séquence qui s’est ouverte avec les assassinats des salariés de Charlie hebdo et de l’épicerie casher révèle en fait une tendance bien ancrée dans l’époque. On en trouve des traces dans le délire qui s’est abattu sur toutes les provocations débiles au moment même où des millions marchaient pour la liberté d’expression. La chasse aux sorcières est lancée et on ne compte plus les auditions, les gardes à vue et/ou les condamnations pour des gamins ou gamines de 8 à 14 ans, des types bourrés voire même des déficients mentaux. Si les éditorialistes précisent généralement qu’il ne faudrait surtout pas confondre islam et islamiste, l’amalgame entre jeunes-des-banlieues-du-93 et antisémitisme, intégrisme, anti-républicanisme, bref sauvageons-dégénérés bat son plein. Une responsable du service politique de France 2 propose calmement qu’on « repère, traite, et réintègre » tous ceux qui ne sont pas Charlie.

On en trouve des traces encore dans les lois spéciales que le gouvernement nous prépare au nom de « la guerre contre le terrorisme ». Si certains ont fait mine de s’interroger sur la pertinence d’un « patriot act à la française », c’est qu’il était plus facile d’ignorer qu’il en existe bien un comme processus continu, depuis 30 ans maintenant que s’accumulent les dispositions antiterroristes, Guantanamo en moins. Toutes ces lois dessinent en fait une forme de gouvernement et de contrôle social qui repose sur la généralisation de mesures exceptionnelles au nom de la sécurité et à partir d’une peur savamment orchestrée — quitte d’ailleurs à fabriquer soi-même les terroristes dont on a besoin en en produisant le contour et la définition juridique ou en donnant directement un coup de main comme ça a pu arriver aux USA.

L’unanimité dont bénéficie Charlie Hebdo précise aussi l’ambiance dans laquelle nous sommes maintenant largement installés et qui a permis de libérer une parole hostile et raciste à l’égard des musulmans et des Roms. Si le racisme d’État et les discours électoraux ne sont jamais en reste, la médiatisation à outrance de petits intellectuels dont les ventes se portent à merveille contribue à cette banalisation. Tout comme y a participé dans un autre genre et dans une certaine mesure le travail de Charlie Hebdo et de nombre de ses ex-collaborateurs spécialisés sur ce segment de marché. Qui se souvient par exemple que les caricatures de Mahomet avaient initialement été publiées dans un journal réactionnaire danois dans le but à moitié avoué de provoquer une réaction de la part des musulmans afin de montrer que l’islam n’était pas compatible avec la culture occidentale ? En vrai, la question véritable n’est pas tant de savoir si tel ou tel est raciste, mais de comprendre à quel point le racisme est inscrit au cœur de notre histoire républicaine, structurellement lié à nos institutions et finalement chevillé à nos corps et dilué dans nos manières de voir et nos manières de faire, jusque dans la façon que nous avons de regarder une femme voilée par exemple. C’est l’aveuglement face à cette évidence qui ne cesse de surprendre.

On reconnaît ici le fond véritable du racisme — l’ethnocentrisme ; cette tendance à prendre comme critère absolu et universel les formes culturelles propre à un monde social donné. La dernière Une de Charlie Hebdo l’illustre assez. Si les musulmans ne sont pas capables de rire ou de supporter des caricatures médiocres du prophète sans se sentir insultés, c’est qu’ils ne sont pas à la hauteur de la liberté de la presse et de l’Occident. Évidemment cet universalisme vide s’accompagne d’une critique tout aussi abstraite, non-située historiquement et géographiquement, de LA religion. Ici aussi il faut rappeler une évidence bête mais loin d’être partagée : la critique du catholicisme comme puissance économique et religion majoritaire longtemps liée au pouvoir politique dans un pays dominant comme la France ne peut avoir la même forme que la critique de l’Islam dans une France où moins de 5% de la population, généralement issue de l’immigration et de la colonisation et cantonnée à une position subalterne, est musulmane. Tout comme cette dernière ne peut avoir le même contenu dans un pays où l’islam est religion d’État comme l’Iran ou l’Arabie Saoudite. Qu’on passe alors d’un racisme culturel théorique largement diffusé à des actes pratiques qui visent des musulmans et des lieux de cultes n’est qu’une suite logique et attendue.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/01/066.jpg

Mais le plus révélateur sur l’époque reste sans doute toute l’opération construite autour de l’union nationale et de la mobilisation générale pour la république et ses valeurs. Il y a évidemment quelque chose de répugnant dans cet espèce de consensus national. Et il est presque comique de voir des centaines de milliers de personnes marcher derrière des crapules sans nom pour lesquelles il faut bien l’avouer, l’aubaine était trop belle pour ne pas y jouer des coudes, littéralement. On pourrait croire que la république sorte renforcée par un tel élan. Mais c’est un cri désespéré que lance le gouvernement et les républicains à partir d’une pure position de faiblesse. La vérité que dévoile ce spectacle, la voici, nue et sans équivoque : La république est morte. Ou plutôt « le projet de la république est mort » car elle n’a jamais été autre chose que ça, un projet. Entendons-nous. Ceci n’est ni une plainte, ni un soupir. Juste un constat. Ce ne sont pas non plus les événements récents qui l’ont tué. La république est morte de n’avoir jamais existé. Morte née. C’est bien à un enterrement qu’ils se rendaient tous ce 11 janvier. Mais le cadavre était déjà en état de décomposition avancée. Rien ne pourra y faire, il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais de communauté nationale. Ça n’est pas qu’il soit trop tard. C’est que ce temps n’a jamais existé, pas plus que cette opportunité. Quelque chose n’a pas été manqué qui aurait rendu possible l’intégration et la participation de tous au grand projet national — la COMMUNION pour tout dire.

Là est aussi la limite de toutes les analyses qui pointent plutôt justement les différentes formes de violences sociales, économiques, affectives même, pour rendre compte de la situation dans les banlieues. Il n’existe pas un monde possible au sein duquel les jeunes français issus de familles pauvres et souvent immigrées ne feraient pas l’expérience de la violence institutionnelle, de l’humiliation continue et de la discrimination. Si le projet républicain est mort, c’est aussi de la gauche dont il faut faire le deuil. Il n’y aura pas d’intégration par l’école de la république, pas de plein emploi, pas de libéralisme sagement domestiqué, pas de police respectueuse. À ceux qui veulent continuer de croire, un minimum de perspective historique devrait leur faire entendre que dans les faits, la république existante n’a jamais été autre chose qu’un certain régime de pacification et donc de guerre. Et c’est toujours contre un ennemi commun que s’est faite l’union nationale. Mais c’est bien connu on ne raisonne pas un croyant. C’est donc plutôt comme religion que la république est morte même si les croyants sont encore nombreux. Et c’est avec cette croyance là que pour l’heure il importe d’en finir prioritairement. Comme avec la véritable religion de notre temps : l’économie.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/01/111.jpg

Ce qui fait tressaillir d’angoisse ce monde c’est sa propre fin dont les signes sont omniprésents. Sa mythologie hollywoodienne la met en scène à toutes les sauces. Que « l’économie de marché et la démocratie » ne constituent ni la fin de l’histoire, ni le devenir inéluctable de toutes les formes de vie humaines représente un choc à n’en pas douter. Ce qui se joue sous nos yeux n’est rien d’autre que la fin de l’hégémonie de l’Occident sur le plan spirituel et culturel aussi. Chez ses propres enfants d’abord. Pour horrible que ce soit, le fait que trois d’entre eux retournent leur rage et leurs armes de la manière la plus violente contre ce qu’ils perçoivent comme les symboles de leur humiliation, emportés par une ligne de fuite fasciste, n’est peut être pas ce qu’il y a de plus notable dans l’époque. Beaucoup plus nombreux en effet sont ceux qui désertent littéralement ce qu’on leur propose ici. Qu’il y ait d’autres idées de la vie et du bonheur, que des mondes adviennent et qu’il y ait du sens à les défendre, que toute vie commune ne doive pas se dire dans la langue de la république et de l’économie, voilà qui constitue un mystère insondable pour un pouvoir qui constate que la greffe ne prend décidément pas sur la totalité du corps social. Traîner deux jeunes de quinze ans, partis naïvement faire la guerre contre Bachar El-Assad, dans les bureaux de la DCRI à leur retour en dit long par exemple sur ce désarroi. Comme le fait de programmer une opération militaire pour déloger une bande de zadistes armés de cabanes dans les arbres et de bottes en caoutchouc.

La république est morte. L’époque est nihiliste. C’est de là dont il faut partir. Il faut aller au bout d’un certain désespoir pour en finir avec cette attente triste, perpétuellement déçue. Beaucoup déjà ne désirent plus l’intégration pour avoir bien senti que c’est là où les mailles du pouvoir n’enchâssent pas complètement l’existence que surgit du sens.

Condoléances.

Le désert du réel, 27 janvier 2015

Posted in General | Tagged , , , , , , | Commentaires fermés